•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fillette emportée par l’influenza : essor de la vaccination en Outaouais

Une infirmière place une seringue sur le bras d'un garçon.

Une infirmière administre un vaccin contre la grippe à un garçon à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Martin Robert

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le décès de la petite Charlotte, 3 ans, des suites de l'influenza, a fait réfléchir bien des parents en Outaouais, si bien que les professionnels de la santé remarquent une augmentation du nombre de vaccinations contre la grippe.

Il y a une demande accrue pour le vaccin. On a donné au-dessus de 300 rendez-vous depuis le 22 janvier, explique la Dre Carole McCorney, médecin-conseil pour la direction de la santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais.

Des parents inquiets se présentent également à des cliniques pour demander si le vaccin est toujours disponible, après avoir entendu parler du cas de Charlotte, emportée par l’influenza en trois jours seulement, le 17 janvier.

Ce sont des préoccupations réelles, surtout quand on voit des décès comme ça, ça vient nous chercher, mentionne Jenny Laporte, infirmière à la clinique Arrimage.

Nancy Bouchard, la mère de Charlotte, est satisfaite de constater que son histoire a provoqué une réaction chez les autres parents.

Je suis contente de voir que le monde a pris le message au sérieux, puis qu’ils arrêtent de dire que c’est juste la grippe.

Nancy Bouchard, mère de Charlotte

Elle croit que la population devrait être mieux informée sur les symptômes associés à l’influenza.

La Dre McCorney rappelle que cette infection n’est pas un rhume banal et qu’elle provoque des douleurs musculaires intenses, de la fièvre, une fatigue et une toux sèche.

Elle croit que le taux d’efficacité vaccinale de 72 % contribue aussi à l'augmentation de la vaccination contre la grippe. La médecin rappelle qu’il est encore pertinent de se faire immuniser contre l’influenza puisque le pic de l’activité grippale n’a pas encore été atteint.

Contrairement à l'Ontario, qui a mis en place un système de vaccination universel, le Québec l'offre gratuitement aux personnes de 6 mois et plus souffrant de maladies chroniques et aux personnes de 75 ans et plus qui sont en bonne santé.

Une femme en gros plan qui porte des lunettesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nancy Bouchard, la mère de la petite Charlotte emportée par l'influenza à trois ans

Photo : Radio-Canada

« La vie continue »

Nancy Bouchard continue de s’informer sur l’influenza et sur la vaccination. Le petit Liam, le frère de Charlotte, et son conjoint ont aussi été atteints du virus, mais ils se portent mieux.

La vie continue, je n’ai pas le choix. Je ne peux pas abandonner, m’effondrer et oublier mon petit garçon. Il y a des moments difficiles, mais je ne vais pas arrêter de vivre pour autant. Je ne peux pas, rappelle la mère de 26 ans.

Mme Bouchard attend les résultats de l'autopsie pour savoir si l'influenza est le seul responsable de la mort de son enfant ou si un facteur génétique est aussi en cause.

Elle passe quotidiennement par une gamme d’émotions, de la peine à la colère, en pensant au décès de Charlotte.

Ce n’est pas compréhensible pour un parent de perdre son enfant. C’est comme si on avait toujours l’impression qu’elle allait rentrer par la porte, raconte Mme Bouchard, qui tente de garder le sourire malgré tout, en pensant à sa fille qui n’aimait pas la voir pleurer.

Avec les informations de Martin Robert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !