•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des compressions pour financer les promesses de la CAQ

Le premier ministre Francois Legault devant des micros.
Francois Legault veut réussir là où certains de ses prédécesseurs ont échoué, nous dit Martine Biron. Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Radio-Canada

Le premier ministre François Legault a décidé d'en faire une obsession : le gouvernement de la Coalition avenir Québec réalisera ses promesses électorales. Mais cette obsession a un coût. Radio-Canada a appris que le premier ministre a envoyé un message clair à ses ministres, avant les vacances des Fêtes, qu'ils ne devaient surtout pas compter sur les surplus budgétaires.

Un texte de Martine Biron

Chaque ministre doit donc dégager des marges de manœuvre pour financer les engagements électoraux à l’intérieur même de son ministère.

Tous les ministères sont touchés à des degrés divers; le Conseil du Trésor a fixé des cibles pour chacun d’eux.

Par exemple, François Legault, qui a promis en campagne électorale une baisse des coûts des permis de chasse et pêche, demande à son ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, de dégager la somme nécessaire en coupant dans la bureaucratie de son ministère. M. Dufour doit trouver près de 5 millions de dollars à économiser.

Même chose pour le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, alors que le gouvernement veut financer le retour graduel au tarif unique en garderie.

La ministre de la Culture, Nathalie Roy, doit également commencer à penser à des moyens pour soutenir les sorties culturelles et les bibliothèques scolaires.

Selon nos informations, divers organismes paragouvernementaux qui relèvent, entre autres, des ministères de la Justice, de la Santé et des Finances ont déjà reçu des avis de compressions budgétaires.

La Régie des installations olympiques a également été avisée d’une baisse de son allocation annuelle.

Il n’y a que le portefeuille de l’Éducation qui aurait été épargné, pour l’instant du moins, alors qu’un défi considérable attend le ministre Jean-François Roberge, qui devra se priver de revenus importants liés à la promesse de réduire les taux de la taxe scolaire.

Le coût de cet engagement ne cesse d’ailleurs d’augmenter : la somme de 700 millions de dollars évoquée en campagne électorale est passée à 900 millions avant Noël. Selon nos informations, elle pourrait atteindre le milliard de dollars.

François Legault veut rompre avec le passé et réussir là où plusieurs avant lui ont échoué.

L’ancien premier ministre Philippe Couillard n’avait pas tardé, après son élection en 2014, à abandonner sa promesse de maintenir le tarif unique en garderie. Sans compter qu’il avait promis une période de rigueur budgétaire qui épargnerait les plus démunis. Les rapports accablants de la Protectrice du citoyen ont indiqué, avec éloquence, que cet important engagement n’avait pas été tenu.

Mais il n’est pas seul : Pauline Marois, avant lui, à la tête d’un gouvernement minoritaire, avait reculé sur plusieurs promesses, la plus spectaculaire étant son engagement d’abolir la taxe santé.

L’héritage libéral

La tâche qui attend le gouvernement de la CAQ sera ardue. En coulisses, on laisse entendre que les libéraux géraient le Québec sur le pilote automatique.

Si on reconnaît que le précédent gouvernement libéral a réussi le tour de force de mettre les finances publiques en ordre, pour le reste, dans plusieurs ministères, on peine à trouver des réalisations. On laisse entendre qu’on trouve beaucoup de théories, de visions à long terme et d’amorces de réformes, mais que les gestes concrets sont rares.

Des ministres comme celui de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette, la semaine dernière, ont commencé à dénoncer le legs libéral et la difficulté qu’ils éprouvent à donner suite à leurs projets. C’est le cas, notamment, en ce qui concerne la question des changements climatiques et à Investissement Québec.

Le dernier budget libéral donne aussi des maux de tête aux caquistes. Un budget qu’ils jugent trop électoraliste et dont les augmentations substantielles de dépenses commandent un réajustement.

Le gouvernement de la CAQ envoie donc le signal que d’autres choix difficiles sont à venir.

Martine Biron est analyste politique au bureau de Radio-Canada à l'Assemblée nationale

Politique provinciale

Politique