•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commémorer l’attentat de Québec, un « devoir de mémoire »

Deux personnes tiennent une chandelle dans leurs mains.
La cérémonie de commémoration de l’attentat contre le Centre culturel islamique de Québec débutera à 19 h mardi à l’Université Laval Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau
Louis Gagné

Il y a deux ans, six personnes tombaient sous les balles d'un tireur ayant ouvert le feu sur des membres de la communauté musulmane réunis lors de la prière à la grande mosquée de Québec. Pour les organisateurs de la cérémonie citoyenne visant à souligner ce triste anniversaire, le moment est venu de faire de la commémoration du 29 janvier 2017 un « devoir de mémoire ».

« On a dépassé le stade de la réaction très émotive du début, celle des 24 premières heures. On a également dépassé le premier anniversaire, sur le lieu même. Là, on est plus dans la pérennisation de l’action, de la solidarité envers les familles endeuillées », explique en entrevue à Radio-Canada Maryam Bessiri, co-porte-parole du comité organisateur de la cérémonie.

La jeune femme fait un parallèle entre la commémoration de l’attentat contre le Centre culturel islamique de Québec et la tragédie de l’École polytechnique. Elle rappelle que les auteurs de ces deux tueries ciblaient un groupe particulier : les femmes dans le cas de l'École polytechnique, les musulmans dans celui de la grande mosquée de Québec.

« C’est toujours des attaques très violentes qui sont dirigées vers un groupe ciblé, donc là-dessus, c’est très similaire », souligne Mme Bessiri, dont le comité peut compter sur le soutien de l’organisme Poly se souvient.

Des personnes assistent à la commémoration dans le stationnement de l'église Notre-Dame-de-Foy, à Québec.L'événement a commencé à 18h30 dans le stationnement de l'église Notre-Dame-de-Foy. Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

« Ne pas oublier »

À l’instar des événements du 6 décembre 1989 à Polytechnique, ceux du 29 janvier 2017 ne doivent pas tomber dans l’oubli, soutient-elle.

« C’est de commémorer, de se rappeler, de ne pas oublier. C’est un devoir de mémoire pour que ça ne se reproduise jamais. »

Comme c’était le cas l’an dernier, des représentants des Premières Nations et des différentes communautés religieuses participeront à la commémoration.

On s’assure d’avoir cette diversité-là, dont on est fiers et qui est le reflet de la société québécoise. On s’assure qu’on a tout le monde.

Maryam Bessiri, co-porte-parole du comité organisateur de la commémoration du 29 janvier 2017
Maryam Bessiri dans les studios de Radio-Canada à Québec.Maryam Bessiri Photo : Radio-Canada

Engagements

Des personnalités politiques seront également au rendez-vous, dont le premier ministre François Legault et le maire de Québec, Régis Labeaume.

Maryam Bessiri explique que la présence de ces dignitaires vise en partie à leur rappeler les engagements qu’ils ont pris vis-à-vis de la communauté musulmane au lendemain de l’attentat, notamment ceux concernant l’aide aux familles des victimes.

« Il y a eu beaucoup de promesses et le fait d’avoir les représentants des gouvernements avec nous, c’est une façon aussi de leur rappeler leurs engagements. C’est une façon aussi pour qu’ils se réengagent envers la population québécoise, envers les familles », fait valoir Mme Bessiri.

Philippe Couillard, Sophie Gregoire-Trudeau, Justin Trudeau, Régis Labeaume et Jean-François LiséePhilippe Couillard, Sophie Gregoire-Trudeau, Justin Trudeau, Régis Labeaume et Jean-François Lisée Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Contrôle des armes à feu

L’un des survivants de l’attentat de Québec, Aymen Derbali, abonde dans le même sens. La commémoration du 29 janvier 2017 est une occasion de remettre à l'avant-plan certaines revendications, en particulier le resserrement du contrôle des armes à feu.

« C'est ce qui est très important, au-delà de la commémoration, c’est de pouvoir faire des changements au niveau des lois ou des politiques, surtout en ce qui concerne l'accès aux armes à feu », soutient l’homme de 42 ans, devenu tétraplégique après avoir été atteint par sept balles le soir de la tuerie.

M. Derbali croit également que la commémoration doit servir à rappeler la gravité des crimes haineux tout en réfléchissant aux moyens de les prévenir.

La commémoration permet aussi de dire qu’on n'a pas oublié les victimes, on n'a pas oublié les personnes qui étaient éprouvées par cette tragédie.

Aymen Derbali, survivant de l’attentat de Québec
Aymen Derbali photographié dans la maison adaptée à l'intérieur de laquelle sa famille et lui ont emménagé en août 2018.Aymen Derbali est arrivé dans sa maison adaptée en août 2018 Photo : Radio-Canada / Julia Page

Lieu symbolique

Contrairement à l’an dernier, la commémoration des événements du 29 janvier 2017 ne se déroulera pas aux abords du Centre culturel islamique de Québec. Le froid et la configuration des lieux ont convaincu le comité organisateur de déplacer la cérémonie à l’Université Laval, un « lieu très, très symbolique », selon Maryam Bessiri.

« C’est un lieu de diversité, de savoir et de rencontres. C’est aussi la première porte d’entrée de beaucoup d’immigrants, de l’immigration de la communauté musulmane aussi, parce que c’est une communauté qui est hyper scolarisée », mentionne-t-elle.

La cérémonie de commémoration débute à 19 h à l’atrium du Pavillon Desjardins de l’Université Laval.

Commémoration citoyenne de l’attentat du 29 janvier 2017

19 h-19 h 04
Mot d’ouverture

19 h 04-19 h 08
Diane Andicha Picard, représentante des Premières Nations

19 h 08-19 h 18

  • Mots des familles des victimes de l’attentat
  • Mots des survivants

19 h 18-19 h 22
Proches aidants et premiers répondants

19 h 22-19 h 30
Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec

19 h 30-19 h 40
Hommage et recueillement

19 h 40-19 h 44
Régis Labeaume, maire de Québec

19 h 44-19 h 48
Représentant du gouvernement du Québec

19 h 48-19 h 52
Représentant du gouvernement du Canada

19 h 52-19 h 56
Nathalie Provost, Poly se souvient

19 h 56-20 h
Paroles de militants impliqués dans la lutte contre l’exclusion et l’islamophobie

20 h-20 h 04
Unité Québec

  • Pierre Lefebvre - Diocèse catholique de Québec
  • Bruce Meyers - Diocèse anglican de Québec
  • Mohamed Hafid - Table de concertation des organismes musulmans de Québec
  • David Weiser- Communauté juive de Québec

20 h 04-20 h 08
Chorale La Scène et moi (Quand les hommes vivront d’amour)

20 h 08-20 h 10
Mot de clôture de la commémoration

Terrorisme

Société