•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réunification familiale : le parrainage en ligne atteint son quota en 11 minutes

Une femme et un homme noirs sourient devant une caméra.

Cayo Whyte avec sa mère Juliette Murray qu'il souhaite parrainer pour qu'elle vienne vivre au Canada.

Photo : Cayo White

Radio-Canada

Il aura fallu seulement 11 minutes pour que les 27 000 demandes de réunification familiale au Canada soient remplies pour 2019. C'est ce qu'ont constaté un grand nombre de familles qui s'étaient connectées au site d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada lundi matin pour tenter de parrainer leurs parents ou grands-parents.

Ces familles avaient pourtant rempli un formulaire disponible en ligne à partir de 12 HNE, mais le ministère a rapidement tweeté que la limite annuelle avait été atteinte et que le formulaire était désormais fermé aux nouveaux candidats.

Cette année, les dossiers étaient sélectionnés selon l'ordre d'arrivée des candidats, plutôt que par tirage au sort, comme c'était le cas dans le passé.

Une avalanche de plaintes s'est ensuite abattue venant de candidats potentiels frustrés, dont beaucoup ont déclaré avoir aménagé leurs horaires et configuré leurs ordinateurs pour remplir le formulaire en ligne et se retrouver devant un site Internet hors service au bout de quelques minutes.

« Ce n'est pas un billet de concert que l'on vend, il s'agit d'unir des familles. L'ensemble du processus est atroce », a ainsi écrit Naimul Khan sur Twitter. Certains ont même réclamé un audit indépendant du processus de parrainage d'IRCC.

Cayo Whyte de Peterborough en Ontario dit avoir pris une journée de congé pour remplir le formulaire afin de parrainer sa mère qui vit en Jamaïque. Il a réussi à accéder au site Internet et à télécharger le formulaire - mais au moment de le remplir, la fenêtre était déjà passée.

« Je me sens tellement déçu, tellement navré, tellement stressé. Je n'ai pas de mots pour décrire ma déception », a-t-il déclaré à CBC News.

Caro Whyte, qui est au Canada depuis 2009, dit avoir travaillé dur pour étudier et décrocher un emploi bien rémunéré.

J'ai tout fait dans les règles, mais je n'arrive pas à faire de progrès pour que ma famille vienne ici.

Caro Whyte

Il a déclaré que la procédure initiale était particulièrement injuste pour lui, car il a pris un peu plus de temps - environ trois minutes - pour remplir le formulaire, en raison de son handicap. Ses tentatives passées de parrainer sa mère par le biais de l'ancien système de loterie ont également échoué.

Une petit fille prête serment dans une cérémonie d'octroi de la citoyenneté canadienne, avec un drapeau canadien à l'avant-plan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La cérémonie d'assermentation est la dernière étape du processus d'accès à la citoyenneté canadienne, qui est précédée par de longues procédures.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

De son côté, Peegy Ontong originaire de Steinbach au Manitoba, explique avoir utilisé deux ordinateurs et son téléphone pour remplir le formulaire qu'elle a réussi à compléter en moins de six minutes, avec succès.

« Je suis chanceuse d'avoir pu réussir », estime-t-elle. Ce n'est pas fini pour autant, car je dois maintenant passer à travers tout le processus. »

Un avocat spécialisé en droit de l'immigration à Toronto, Aris Daghighian, a déclaré que son bureau étudie ce qui semble être un problème systémique empêchant certains ordinateurs, adresses IP et demandeurs d'accéder au lien et au formulaire jusqu'à ce qu'il soit trop tard - même lorsque les demandeurs ont tenté de télécharger le formulaire à l'heure spécifiée et actualisé fréquemment la page.

« Ça a toujours été une course, mais il semble que certains n'ont tout simplement pas été capables de prendre le départ de cette course », a-t-il résumé.

Depuis certains ordinateurs du personnel de son bureau, il a pu être possible d'accéder au formulaire et de le soumettre, d’autres ordinateurs ne l'ont pas permis.

M. Daghighian a ajouté qu'un tweet publié par IRCC vers 12 h 07 environ indiquait que le formulaire serait disponible « momentanément », mais qu'il a été supprimé par la suite.

Possible action en justice

Aris Daghighian a déclaré que s'il existait des preuves que le processus était injuste du point de vue de la procédure, ses clients pourraient envisager une action en justice contre IRCC.

Le gouvernement libéral a abandonné son système de loterie controversé pour la réunification des familles immigrées. Il a adopté un système en ligne sur le modèle du « premier arrivé, premier servi » en raison de critiques de candidats au parrainage.

Sollicité de nombreuses fois, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada s'est exprimé par voie de courriel, indiquant que l'analyse initiale indique qu'il n'y a pas eu de problèmes techniques lors de l'ouverture du formulaire aujourd'hui.

Un porte-parole indique que le ministère dit comprendre que ceux qui n'ont pas été en mesure de présenter une soumission soient déçus. Selon Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, plus de 100 000 personnes ont tenté d'accéder au formulaire de demande de parrainage.

Dans le cadre du programme de regroupement familial, environ 20 500 parents et grands-parents seront admis au Canada en 2019 et 21 000 l'an prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Immigration