•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travail sécuritaire NB demande aux médecins de prescrire moins d’opioïdes

Comprimés d'oxycodone.

Sept personnes sont mortes de causes associées aux opioïdes au Nouveau-Brunswick durant les six premiers mois de l'année 2018.

Photo : Associated Press / Patrick Sison

Radio-Canada

Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick resserre son approche en matière de prescription d'opioïdes aux travailleurs blessés : les patients seront davantage surveillés et questionnés.

Les opioïdes sont au coeur d’une crise de surdoses au Canada. Seulement dans les six premiers mois de l’année 2018, plus de 2000 morts ont été associées à la consommation d’opioïdes.

Nous voulons prendre les devants et éviter que cela ne se produise ici, a déclaré lundi le Dr Paul Atkinson, médecin en chef à Travail sécuritaire NB.

Deux méthodes seront adoptées : les médecins devront modérer les prescriptions d’opioïdes aux patients et les questionner davantage sur la façon dont le médicament les aide à guérir.

Surveillance de la consommation des médicaments

Si un médecin pense qu’un opioïde est nécessaire pour un patient qui a été blessé au travail, Travail Sécuritaire NB couvrira les frais du médicament seulement pour une prescription de deux semaines et pour des doses de moins de 50 mg par jour, explique Paul Atkinson. Il est déjà arrivé que des doses de plus de 100 mg par jour soient prescrites à des patients, assure le médecin.

Des questions standardisées

Lorsqu’une prescription de deux semaines prendra fin, le patient devra être réévalué. Le médecin devra alors lui poser des questions pour évaluer si le médicament aide vraiment sa guérison et à fonctionner dans son quotidien.

Les pharmaciens devront aussi poser certaines questions à leurs clients avant de leur donner un opioïde.

Selon Paul Atkinson, de plus en plus de preuves démontrent que les opioïdes n’améliorent pas davantage la condition d’un patient, son fonctionnement dans son quotidien ou même l’intensité de la douleur à long terme qu’un médicament sans opioïde.

Nous voulons que les travailleurs retournent à l’emploi, qu’ils continuent leur vie, passent du temps avec leur famille.

Dr Paul Atkinson, médecin en chef à Travail sécuritaire NB

Les études sont claires. Les opioïdes ne sont pas efficaces quant aux douleurs chroniques, ajoute-t-il.

Paul Atkinson rappelle que les opioïdes peuvent créer une dépendance et des surdoses mortelles.

Avec les informations d'Elizabeth Fraser de CBC

Nouveau-Brunswick

Santé publique