•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 50 ans, on débattait de l’enseignement de la sexualité à l’école

    Format 30, 9 octobre 1969

    Ce n'est pas d'hier que les cours d'éducation sexuelle suscitent de vives réactions. Au Québec, la première tentative d'introduire cet enseignement dans les écoles secondaires date de 1969. Nos archives témoignent de la teneur du débat à cette époque.

    Ce reportage de l’émission Format 30 a été diffusé le 9 octobre 1969.

    La journaliste Denise Bombardier y rend compte d’un projet pilote à l’école secondaire de la Régionale Deux-Montagnes.

    Vêtu d’un sarrau, un enseignant donne un cours d’éducation sexuelle à un groupe mixte d’élèves du secondaire. À la sortie des classes, ils donnent leurs impressions à la journaliste.

    Si on se marie avec une femme, ça nous aide à la comprendre. Des fois, il y a des hommes qui ne la comprennent pas, puis c’est la chicane, le divorce et toute la patente!

    Un élève du cours d’éducation sexuelle de l’école secondaire de Deux-Montagnes

    Les jeunes interviewés s’entendent pour dire que l’enseignement de la sexualité à l’école se fait de façon beaucoup plus franche et plus complète que celui reçu à la maison.

    « Plusieurs parents arrivent et nous mettent ça comme un péché. Ils sont plutôt timides, gênés, ils ne savent pas comment s’y prendre », exprime une des élèves.

    Et c’est sans compter toutes les histoires que les mères racontent aux plus petits, ce qui laisse croire à ces jeunes qu’un cours d’éducation à la sexualité serait pertinent dès l’école primaire.

    « Je trouve qu'ils devraient faire ça dans toutes les écoles parce que ça donne une ambiance à la classe. Puis on se comprend plus entre jeunes, entre garçons et filles », conclut une jeune fille du groupe.

    Si jeunesse pouvait, 6 février 1971

    Deux ans plus tard, le gouvernement du Québec projette d’étendre les cours d’éducation sexuelle à toutes les écoles de la province.

    À l’émission Si jeunesse pouvait du 6 février 1971, le journaliste André Gascon interroge des passants sur l’utilité de tels cours.

    « C'est quelque chose qu'il faut connaître, mais pas nécessairement par les professeurs. On est capable de l'apprendre par nous autres même », exprime l’un d’eux.

    D’autres croient au contraire que l’enseignement à l’école est préférable à celui « de la rue » et peut « suppléer au manque d’information donné par les parents ».

    Mais l’école, dans sa structure actuelle, offre-t-elle un cadre favorable à cet enseignement? « Avec la professeure qu’on a, ça ne peut pas avancer à grand-chose », soutient une jeune femme interrogée. L’enseignement devrait être donné par « des spécialistes en la matière qui auraient étudié ça », ajoute son amie. « Il faudrait des groupes plus restreints, axés sur la discussion », propose un autre jeune homme.

    « La base de l’information » devrait revenir aux parents, insiste pour sa part une mère de cinq enfants.

    Femme d'aujourd'hui, 13 janvier 1977

    Comment fait-on des bébés? Est-ce qu’il faut se marier pour en avoir? À quel âge peut-on coucher ensemble? Quelles sont les différences entre un bébé garçon et un bébé fille?

    Voici quelques questions posées par la journaliste Nadia Ghadem à des enfants du primaire pour l’émission Femme d’aujourd’hui du 13 janvier 1977.

    À travers quelques idées préconçues surgissent des réponses bien éclairées parmi ces enfants âgés de cinq à huit ans.

    Un reflet de leur éducation sexuelle, mais aussi de la curiosité qui les animent, de leur soif de mieux comprendre le monde qui les entoure.

    Avez-vous déjà vu des animaux qui font l’amour? demande notamment la journaliste.

    « Moi j’ai vu deux chiens une fois, un mâle et une femelle qui s’aimaient », raconte avec tendresse un garçon. « Ils se couchaient ensemble et ils jouaient ensemble, doucement ».

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société