•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plutôt qu’une diminution voulue par Québec, Ottawa recommande une augmentation des seuils d’immigration

François Legault et Justin Trudeau

François Legault attend des réponses positives de la part de Justin Trudeau dans le but de mettre en pratique ses politiques en matière d'immigration.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Romain Schué

En pleine négociation avec l'équipe de François Legault, qui tient à baisser les seuils d'immigration, le gouvernement de Justin Trudeau reste inflexible et préconise même une augmentation des cibles. Québec, de son côté, veut davantage miser sur les travailleurs temporaires, par l'intermédiaire d'un programme fédéral qui permet de « remédier aux pénuries temporaires de main-d'œuvre », selon Ottawa.

« Le gouvernement fédéral estime qu’il est important d’augmenter les niveaux d’immigration pour répondre aux pénuries de main-d’œuvre et au vieillissement de la population », soutient le porte-parole du ministre fédéral de l’Immigration, Rémi Larivière, interrogé par Radio-Canada sur l’avancée des discussions entre les deux paliers de gouvernement.

La semaine passée, des sous-ministres, chefs de cabinet et fonctionnaires d’Ottawa et de Québec se sont rencontrés pour évoquer les trois demandes du gouvernement québécois :

  • une baisse des seuils d’immigration;
  • une compensation financière de 300 millions de dollars pour l’accueil des demandeurs d’asile qui ont traversé de façon irrégulière la frontière canado-américaine;
  • une augmentation des pouvoirs concernant le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET).

Ces rencontres ont pourtant été productives, selon l’attaché de presse du ministre québécois de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette. « On a senti une ouverture d’Ottawa pour répondre à nos besoins sur ces trois points », a assuré l'attaché de presse du ministre, Marc-André Gosselin, la semaine passée. Québec attend désormais des avancées de la part d'Ottawa.

Le gouvernement fédéral reste de son côté très prudent et ne commente pas ces négociations et ce dossier jugé sensible, en pleine année électorale.

Mi-janvier, François Legault avait notamment appelé Justin Trudeau à « passer à l’action », si possible avant la rentrée parlementaire programmée le 5 février. Les députés de la Coalition avenir Québec (CAQ) sont par ailleurs à Gatineau, jusqu’au 31 janvier, pour préparer ce retour à l’Assemblée nationale.

Quelques centaines de mètres plus loin, à Ottawa, aucun tête-à-tête ne serait cependant prévu entre le ministre fédéral de l'Immigration Ahmed Hussen et son homologue québécois Simon Jolin-Barrette « pour l'instant », annonce Marc-André Gosselin, précisant néanmoins que « les discussions se poursuivent » entre les deux ministères.

Les demandes de Québec pour 2019

  • Immigration économique : 24 300 personnes (entre 28 700 et 31 300 en 2018)
  • Regroupement familial : 8900 personnes (entre 11 300 et 11 700 en 2018)
  • Réfugiés : 6950 personnes (entre 8600 et 9400 en 2018)

Au cours de la dernière campagne électorale, François Legault avait déjà laissé entendre qu’il pourrait appliquer la baisse des seuils d’immigration à la seule catégorie de l’immigration économique, dont les candidats sont choisis par Québec, en cas de refus d’Ottawa de diminuer les cibles concernant les réfugiés et le regroupement familial, deux catégories gérées par le gouvernement fédéral.

Nous restons déterminés à respecter nos obligations juridiques et humanitaires internationales envers les personnes fuyant la persécution.

Rémi Larivière, porte-parole du ministre fédéral de l'Immigration Ahmed Hussen

Québec peut avoir plus de travailleurs étrangers temporaires, dit Ottawa

En revanche, si, comme il le réclame, Québec souhaite avoir plus de travailleurs étrangers temporaires pour contrer la pénurie de main-d’œuvre, Ottawa n’y est pas opposé.

« Rien n’empêche une augmentation du nombre de travailleurs étrangers au Québec si les critères sont satisfaits », précise le ministère de l’Immigration, ajoutant qu’aucun quota n’avait été établi par le gouvernement fédéral.

« Le programme est basé sur la demande [des employeurs] », ajoute-t-on.

Actuellement, le Québec accueille environ 13 000 immigrants chaque année dans le cadre du PTET. En 2018, le Canada a accueilli 81 430 immigrants dans le cadre de ce programme.

Une nouvelle rencontre a même été organisée lundi entre les représentants des deux ministères pour évoquer ce dossier précis.

Des délais de traitement de plus en plus longs

Afin de réduire les délais, Québec aimerait ainsi avoir la main, notamment, sur l’étude d’impact sur le marché du travail (EIMT). Celle-ci doit normalement être réalisée par les entreprises intéressées par l’embauche d’un travailleur temporaire.

Cette EIMT doit prouver « que le travailleur étranger comble un besoin en prenant l’emploi offert et qu’aucun travailleur canadien n’est disponible pour faire le travail », détaille le ministère fédéral de l'Immigration.

Cette nécessité est vue par le ministère québécois de l’Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI) comme un « irritant » qui « ralentit » ce processus pour faire venir un employé étranger, alors qu’environ 120 000 postes sont actuellement vacants au Québec.

« Il y a des lourdeurs administratives dans le système actuel », mentionne-t-on au MIDI, tout en confiant vouloir « réduire la paperasserie pour les entreprises » dans le but d'« accélérer les délais ».

La pénurie de main-d’œuvre dans l’ensemble du pays serait à l’origine de cette attente croissante. Depuis le 1er avril dernier, au Québec, il faut compter en moyenne 58 jours ouvrables pour voir une demande d'EIMT être traitée, contre 29 jours l'an passé. Cette augmentation est encore plus forte dans l'Ouest canadien (de 33 à 60 jours ouvrés). En Ontario, il ne faut en revanche que 22 jours.

Pour gérer cet accroissement des demandes, le gouvernement fédéral dit avoir investi 3,4 millions de dollars sur l'ensemble du pays et embauché 34 employés supplémentaires au Québec pour travailler au traitement de ces dossiers.

Portrait type d’un travailleur étranger temporaire au Québec (en 2017)

  • Un homme (93,1 %) entre 30 et 44 ans (54,6 %)
  • Provenant d’un pays d’Amérique latine (Guatemala (48 %) et Mexique 28,3 %))
  • Travaille dans l’agriculture (78,3 %)
  • A une connaissance limitée du français (7,6 % connaissent le français)

« Pas une solution à long terme », clame la CCMM

Si l’idée d’alléger ce processus est vue d’un bon œil par le milieu des affaires au Québec, il ne s’agirait cependant « pas d’une solution à long terme », nuance le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc.

Pour rester au Canada à la fin du contrat avec son employeur, avec lequel son permis de travail est lié, un immigrant temporaire doit faire une demande de résidence permanente. De nouveaux délais et imprévus peuvent ainsi s'ajouter.

« Il faut une solution permanente aux besoins permanents, reprend Michel Leblanc, dont l'organisation préconise une hausse des seuils d'immigration à 60 000 nouveaux arrivants par an. Mais il est clair qu’il faut des soupapes pour répondre à des besoins ponctuels, puisqu'il y a des industries qui fonctionnent par projet. La main-d’œuvre temporaire est une bonne soupape. »

Avec la collaboration de Mathieu Dion

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique