•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre dans un CHSLD : le fils de la victime témoigne

Michel Cadotte au palais de justice de Montréal

Michel Cadotte au palais de justice de Montréal

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La poursuite a fini de présenter sa preuve, lundi matin, au procès de Michel Cadotte, accusé d'avoir tué sa femme, Jocelyne Lizotte, qui souffrait de la maladie d'Alzheimer, en l'étouffant avec un oreiller.

Le fils de la victime, Danick Désautels, a été le dernier des 15 témoins de la poursuite.

Dans son témoignage, il a dit que Michel Cadotte lui avait écrit sur l’application Messenger de Facebook : « Ça fait deux ans que j’ai une seringue et je vais finir par le faire moi-même si je trouve le courage ».

M. Désautels lui avait répondu : « Ne fais pas ça ».

La semaine dernière, le frère de la victime a lui aussi rapporté que Michel Cadotte lui avait parlé d’une seringue qu’il traînait sur lui.

Danick Désautels a admis qu’il n’allait pas souvent voir sa mère au Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Émilie-Gamelin où elle habitait, parce que c’était trop difficile pour lui.

En contre-interrogatoire, il a rapporté que, lors d’une visite, sa mère l’avait pris pour son premier mari et avait tenté à plusieurs reprises de l’embrasser, ce qui l’avait perturbé. C’est à partir de ce moment-là qu’il avait réalisé que sa mère était déconnectée de la réalité et qu’il avait cessé d’aller la voir.

Le procès reprendra mercredi avec la preuve de la défense.

Avec des informations de Karine Bastien

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.