•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Authier : un nouveau comité citoyen voit le jour à Saint-Mathieu-d’Harricana

Des membres du comité citoyen portent le symbole d'une goutte d'eau afin d'afficher leur appui à la protection de l'esker.
Les membres du comité citoyen de Saint-Mathieu-d'Harricana. De gauche à droite : Gilles Gagnon, Keven Lefebvre, Bernard Lessard, Marie-Josée St-Sauveur, Catherine Jutras , François Boisclair. Photo: Gracieuseté - Louise Leboeuf
Thomas Deshaies

Un troisième comité citoyen, ayant notamment pour objectif de soumettre le Projet Authier de Sayona Québec au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), a été institué. Le comité, qui regroupe des citoyens de Saint-Mathieu d'Harricana, envisage plusieurs actions et même de prendre la rue pour se faire entendre.

Le comité est formé d’une dizaine de membres pour l’instant, selon le porte-parole du Comité réflexion, appropriation, valorisation, information, Esker St-Mathieu (R.A.V.IE-SM), Gilles Gagnon.

Selon M. Gagnon, les citoyens de Saint-Mathieu-d’Harricana ont leur mot à dire quant au projet de mine de lithium de Sayona Québec, notamment parce qu’ils sont voisins de la municipalité de La Motte, où doit se développer la mine. Nous habitons tout près de ce projet, explique-t-il. On veut mettre une pression supplémentaire pour qu’il y ait au moins un BAPE.

Les membres feront du porte-à-porte afin de faire signer une pétition et de discuter avec les citoyens de leurs préoccupations quant au projet. Ils envisagent également d’effectuer d’autres actions, dont une marche. On va être bien visible, affirme M. Gagnon. Il y a de fortes chances qu’on fasse une marche, qu’on aille sur le site. C’est des choses qu’on est en train de planifier.

Valoriser l’implication citoyenne

Les citoyens doivent s’impliquer et ne pas se contenter de reléguer le pouvoir décisionnel aux élus, sans droit de regard, clame M. Gagnon. Le vrai pouvoir appartient au peuple, s’exclame-t-il. C’est à la politique d’exécuter ce que le peuple demande. 

Il estime d’ailleurs que la confiance envers les élus en tant que garant de l’environnement a été ébranlée en raison des actions posées par les élus. Sans cibler une personne en particulier, il déplore une certaine tendance dans la région.

C'est sûr que la confiance doit diminuer énormément quand on voit les actions posées par les élus pour des choses aussi primordiales que ce qui se passe présentement.

Gilles Gagnon, porte-parole du R.A.V.IE-SM

C’est toujours l’économie, l’économie, il n’y a que cela au bout des lèvres et c’est toujours en fonction de cela [que les décisions sont prises], déplore-t-il. L’économie a un appétit sans fond.

Le reponsable du développement durable chez Sayona Québec, Serge Rouillier, a quant à lui souhaité que les membres du comité citoyens viennent discuter avec lui. « Moi qu’est-ce que j’espère, c’est que le comité vienne nous voir puis qu’on parle du projet, puis qu’on discute ensemble. Moi je suis très ouvert et positif à cela », a-t-il fait savoir.

Abitibi–Témiscamingue

Ressources naturelles