•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fonctionnaires fédéraux américains de retour au travail

Des usagers du métro de Washington descendent de la rame.

Des usagers sortent du métro de Washington à la station Federal Triangle où de nombreux fonctionnaires fédéraux ont recommencé à affluer avec la réouverture du gouvernement.

Photo : Reuters / Joshua Roberts

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement américain a complètement rouvert ses portes ce matin, et 800 000 fonctionnaires fédéraux, en congé forcé depuis 35 jours, ont repris le chemin du bureau. La paralysie de l'État aura coûté 11 milliards de dollars au Trésor américain... et M. Trump menace de remettre ça dès le 15 février s'il n'obtient pas son mur.

Provoquée par l’exigence du président Donald Trump d’obtenir le financement pour construire un mur à la frontière mexicaine, la plus longue paralysie de l’État de l'histoire des États-Unis s'est terminée vendredi, lorsque le président Donald Trump et le Congrès ont accepté un financement temporaire du gouvernement – sans argent pour le mur – alors que les effets de la fermeture s'intensifiaient partout au pays.

M. Trump demandait 5,7 milliards de dollars pour la construction du mur, l’une de ses promesses électorales, dans le but de se prémunir contre l’immigration illégale, le trafic humain et le trafic de drogue.

Les élus doivent encore trouver le moyen de s’entendre avec le président sur un budget avant le 15 février, date à laquelle prendra fin le financement temporaire de l’État, afin d’éviter une nouvelle paralysie de l’État.

Un compromis sur la sécurité à la frontière

Un comité de législateurs des deux partis tentera de négocier un compromis sur le dossier de la sécurité frontalière alors que le Congrès se prépare à se réunir à nouveau lundi.

« Il faudra faire des compromis », a déclaré le représentant américain Dan Kildee, membre de la direction de la Chambre des représentants démocrate, lors d'une entrevue accordée à CNN lundi dernier. Il a exhorté ses collègues à ignorer la « rhétorique murale » de Trump et à « baisser la tête et à faire notre travail ».

Trump a promis de fermer le gouvernement à nouveau en l’absence d’un accord acceptable sur la frontière.

Il a également laissé planer la possibilité de déclarer une urgence nationale afin d’obtenir l’argent pour le mur, une mesure extraordinaire que les démocrates et certains républicains ont promis de combattre et qui ferait probablement l’objet d’une contestation judiciaire.

Donald Trump avait initialement dit que le mur serait financé par le Mexique.

Les démocrates s'opposent à tout financement pour un mur, mais soutiennent toutefois être en faveur d'un financement supplémentaire pour des mesures de sécurité à la frontière mexicaine comme une technologie accrue et davantage d'agents pour la police des frontières.

Les républicains se méfient d'une nouvelle paralysie de l’État, car les sondages montrent que le public blâme surtout le président Trump et son parti pour l'impasse.

Un shutdown de 11 milliards

La fermeture partielle du gouvernement fédéral pendant plus d'un mois a coûté 11 milliards de dollars à l'économie américaine, dont quelque 3 milliards ne pourront être récupérés, selon les services du budget du Congrès (CBO).

« En conséquence de la baisse de l'activité économique, le CBO estime que le Produit intérieur brut (PIB) du quatrième trimestre a été amputé de 3 milliards de dollars », expliquent-ils dans un communiqué. « Au premier trimestre 2019, le niveau du PIB est inférieur de 8 milliards de dollars [...] reflétant à la fois les cinq semaines de « shutdown » partiel et la reprise de l'activité économique. »

Donald Trump, président des États-Unis
Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !