•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La menace des « incels » ne serait pas assez prise au sérieux au Canada

un homme en capuche devant une série d'ordinateurs sur lesquels sont ouvertes des pages de forums de discussion.

Les célibataires involontaires sont très présents sur les forums de discussion sur Internet.

Photo : CBC

CBC News

Des experts s'inquiètent du peu d'attention que les autorités portent aux célibataires involontaires, qui seraient trop souvent perçus comme de simples loups solitaires, alors qu'il n'en est rien. Pour eux, ils représentent une menace bien réelle.

L’émission The Fifth Estate, équivalent anglophone d’Enquête, s’est penchée sur le sujet en infiltrant les forums réservés aux célibataires involontaires, aussi appelés « incels », et en interrogeant différents experts sur la question.

Au Canada, l’un des premiers cas recensés est celui de Marc Lépine, qui a tué 14 femmes et en a blessé 10 autres à l’École polytechnique de Montréal en 1989.

Plus récemment, en avril 2018, Alek Minassian fauchait 10 personnes et en blessait 16 autres avec sa fourgonnette à Toronto. La plupart de ses victimes étaient des femmes. Quelques heures avant, il publiait sur son compte Facebook : « La rébellion Incel a commencé ».

Le portrait d'un hommeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alek Minassian

Photo : LinkedIn

Ce mouvement est constitué d’hommes misogynes qui se définissent comme incapables de trouver un partenaire amoureux ou sexuel.

Les experts interrogés par The Fifth Estate ont recensé 120 cas de violence extrême au Canada perpétrés par des groupes de droite, y compris des incels, au cours des 30 dernières années. C’est bien plus que les sept cas reliés à des extrémistes islamistes.

Les autorités, tant canadiennes qu’américaines, qualifient ces criminels de « loups solitaires », mais les criminologues et les sociologues tirent la sonnette d’alarme concernant ce mouvement et d'autres sous-cultures qui encouragent la violence extrême.

Pour eux, la menace qu’ils représentent n’est pas assez prise au sérieux par les autorités. « Ces personnes sont extrêmement dangereuses », affirme Mike Arntfield, criminologue à l'Université Western de London, en Ontario.

« Dès qu’un homme est suicidaire et désorienté, vous ne pouvez pas savoir de quoi il est capable », poursuit-il.

Mike ArntfieldAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mike Arntfield, criminologue, estime que la menace que représentent les « incels » n’est pas assez prise au sérieux.

Photo :  CBC

« Nous manquons quelque chose. Pourquoi ne représentent-ils pas un danger pour la sécurité nationale? Il y a une menace réelle associée à l’extrême droite. Je pense que nous commettons une grave erreur en pensant qu’il s’agit juste d’un mouvement marginal », dit Barbara Perry, criminologue spécialiste des crimes haineux à l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario.

« Si vous regardez les rapports sur la menace terroriste au Canada, soit l’extrême droite n’est pas mentionnée, soit elle est d’emblée rejetée comme une menace, car elle n’est pas organisée, pas cohérente, donc pas à risque », ajoute-t-elle.

Barbara PerryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La criminologue Barbara Perry pense qu'il faudrait surtout sensibiliser les hommes et les responsabiliser.

Photo : CBC

Les forums comme lieu de rencontre

Terreau fertile à l'entretien de leur sentiment de persécution, les forums en ligne comme 4chan, Reddit, mais aussi des médias sociaux plus populaires comme Facebook et YouTube, comptent de nombreux incels parmi leurs membres.

Un récent décompte de The Fifth Estate indique qu’au moins 60 000 personnes sont actives dans trois des principaux forums en ligne d’incels.

Pour mieux comprendre les incels, l’équipe de The Fifth Estate a infiltré pendant plusieurs mois des forums où ils évoluent.

Les journalistes ont réalisé qu’être incel est devenu une sorte de religion. Dans leur idéologie, les femmes attirantes sont superficielles et appelées les « Stacys ». Elles ne sont attirées que par « Chads », des hommes très musclés et beaux.

Beaucoup échangent sur leur situation. Dans le pire des cas, leur misogynie se transforme en fantasmes violents. De nombreux internautes encouragent le viol et, dans certains cas, le meurtre.

Certains demandent aussi de l’aide, d’autres tentent de se désolidariser des incels violents.

Le mouvement est connu au Québec depuis 1993. Un jeune avait alors lancé un site pour parler de son célibat involontaire avec d’autres internautes. Le qualificatif incel désignait alors toute personne, quel que soit son sexe, qui se sentait seul et qui n’avait jamais fait l’amour.

La définition du terme a bien évolué depuis.

De nombreuses tueries reliées aux incels

Le terme a finalement gagné en importance en 2014, lorsqu’un homme de 22 ans, Elliot Rodger, a tué 6 personnes et en a blessé 14 autres avant de se suicider, en Californie.

On a découvert plus tard qu’il avait laissé un manifeste de 137 pages et une vidéo dans laquelle il disait vouloir « massacrer toutes les petites salopes blondes gâtées ».

Son nom figurait d'ailleurs dans l'une des publications Facebook d'Alek Minassian.

Au cours des quatre dernières années, plusieurs meurtres ont été perpétrés par des personnes qui s’identifiaient comme des célibataires involontaires.

Après enquête, les policiers ont parfois découvert que des auteurs des tueries de masse aux États-Unis entretenaient des liens avec la communauté des célibataires involontaires.

Certains avaient déclaré qu'« Elliot Rodger ne sera pas oublié », d’autres avaient publié des articles en ligne sur leur situation de célibataire involontaire ou même utilisé le pseudonyme d’Elliot Rodger.

Pour beaucoup d’experts, les incels ne tentent pas de retrouver leur masculinité, mais plutôt de mettre au rebut les femmes grâce à des actes violents.

Eliott Rodger et Alek Minassian « incarnent une forme ultime de résistance à une culture féministe qui ne les valorise pas pour ce qu’ils sont. Le terme incel est récent, mais le climat social qui les a produits dure depuis 50 ans », dit Ross Haenfler, sociologue qui a étudié la sous-culture sur Internet au Grinnell College, dans l’Iowa.

D’après le sociologue, les célibataires involontaires ont le sentiment que les droits obtenus par les femmes, les personnes de couleurs et même les membres de la communauté LGBTQ l'ont été au détriment des hommes blancs et hétérosexuels.

Ils pensent avoir un droit et un privilège innés à accéder aux corps des femmes.

Barbara Perry, criminologue

Bien au courant de leur présence, certains sites comme Reddit ont décidé d’interdire les contenus qui « encouragent, glorifient, incitent ou appellent à la violence envers un individu ou un groupe de personne ».

En novembre 2017, le « subreddit » baptisé « r/incels » est le premier à avoir été retiré, et il comptait 40 000 membres actifs.

Ces censures ne semblent pas efficaces, puisqu'à peine fermés, d'autres forums voient le jour sur d'autres plateformes.

La criminologue Barbara Perry pense qu'il faudrait surtout sensibiliser les hommes et les responsabiliser.

Avec les informations de CBC

Crimes et délits

Société