•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Association pour la Voix étudiante au Québec sera dissoute

Des étudiants sont assis dans un amphithéâtre avec des cartons de vote.
Des étudiants de l'UQAR lors d'une assemblée générale Photo: Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet
Marie-Christine Rioux

L'Association pour la Voix étudiante au Québec, l'AVEQ, sera dissoute au cours des prochains mois, notamment en raison de difficultés financières. Ce syndicat étudiant représentait l'Association générale des étudiantes de l'Université du Québec à Rimouski (AGÉCAR) sur la scène nationale.

Réunis samedi à l'Université Laval, les membres de l'AVEQ ont adopté à l'unanimité une motion en faveur de sa dissolution.

En plus des étudiants de l'UQAR, l'AVEQ représentait également ceux de l'Université Concordia et de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sur la scène nationale.

Par voie de communiqué, l'organisation invoque comme motifs plusieurs défis administratifs et financiers qui ont malheureusement conduit à un bris de confiance entre l'association nationale et ses membres.

L'AVEQ a connu de gros problèmes financiers à travers les années qui ont fait en sorte que le compte en banque était rendu instable. Puis ensuite, ça a été, aussi, un gros manque de confiance entre l'exécutif national et les membres.

Laura Daigneault, coordonnatrice aux affaires externes de l'AGÉCAR

La coordonnatrice aux affaires externes de l'AGÉCAR et membre du conseil d'administration de l'AVEQ, Laura Daigneault, a affirmé qu'elle ne pouvait s'avancer sur les causes des difficultés financières du syndicat étudiant national.

Une étudiante marche devant une affiche de l'Université Concordia.Croyant être convoquées à un entretien d’embauche, les victimes se seraient rendues à un lieu donné situé à l’extérieur du campus de l’université où elles auraient ensuite été droguées et agressées sexuellement. Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Selon Laura Daigneault, les membres du conseil exécutif de l'AVEQ ont dû être mis à la porte, faute de moyens financiers suffisants pour assumer leur salaire.

On a pris la décision de, malheureusement, les destituer, puis de leur enlever leurs fonctions à cause du manque d'argent, entre autres. On n'avait pas assez d'argent pour pouvoir subvenir à leur paye, soutient-elle.

Selon le président de l'AGÉCAR, Guillaume Cochon, chaque étudiant de l'Université du Québec à Rimouski versait 3,50 $ par session à l'AVEQ.

Difficultés à recruter de nouveaux membres

La coordonnatrice aux affaires externes et à la mobilisation au Concordia Student Union (CSU), Camille Thompson, croit que les difficultés qu'éprouvait l'AVEQ à recruter de nouvelles associations étudiantes membres a aussi contribué à l'adoption de la motion de dissolution.

On est arrivés jusqu'à trois associations membres et puis, MAGE, qui est l'association de l'Université à Chicoutimi s'est désafiliée au mois d'octobre.

Camille Thompson, coordonnatrice aux affaires externes et à la mobilisation du CSU

L'association étudiante de Chicoutimi, le MAGE-UQAC, a choisi de quitter l'AVEQ en octobre dernier en invoquant, elle aussi, la situation financière précaire du syndicat étudiant national.

Ça a quand même été un gros choc, pour l'AVEQ, avoue Camille Thompson.

Une association étudiante nationale différente

L'Association pour la Voix étudiante au Québec avait été fondée, à l'origine, pour assurer une représentation plus adéquate des étudiants anglophones ou de ceux qui étudient en région, explique Camille Thompson.

C'étaient les associations qui se sentaient toujours mises à l'écart des grosses associations étudiantes. Donc, les gens dans les régions, les anglophones.

Camille Thompson, coordonnatrice aux affaires externes et à la mobilisation du CSU

Selon les porte-paroles des associations étudiantes de l'UQAR et de Concordia, il est encore trop tôt pour s'avancer et annoncer si elles s'affilieront à un autre syndicat étudiant national, comme l'Union étudiante du Québec, la Fédération étudiante collégiale du Québec ou l'Association pour une solidarité syndicale étudiante.

L'AVEQ représentait 45 000 étudiants. L'association avait été fondée en 2015, à la suite de la dissolution de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ).

Bas-Saint-Laurent

Syndicalisme