•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tarifs douaniers : Ottawa engrange des millions, l'industrie attend toujours

Des rouleaux d'aluminium.
L'aide promise par le gouvernement canadien pour appuyer l'industrie de l'acier se fait toujours attendre. Photo: La Presse canadienne / Peter Power
Radio-Canada

L'aide de 2 milliards de dollars promise par le gouvernement fédéral pour appuyer l'industrie de l'acier face à la guerre commerciale avec les États-Unis se fait toujours attendre par les entreprises canadiennes. Pourtant, Ottawa engrange des profits grâce aux droits qu'il impose lui-même aux produits américains.

Selon des informations de CBC, le ministère des Finances du Canada n’a déboursé qu’une fraction de l’aide promise, notamment en prêts et en financement.

En date du 31 décembre, un total de 255 millions de dollars avait été octroyé en prêts par la Banque de développement du Canada, alors qu’Ottawa avait promis une somme de 800 millions.

Du côté d’Exportation et développement Canada, ce sont 169 millions qui ont été offerts jusqu’à maintenant, une fraction des 900 millions promis.

Il est à noter qu’il est très difficile de suivre l’accord de ces prêts et de déterminer quelles entreprises obtiennent l’argent du fédéral, puisque peu d'annonces officielles ou de communiqués de presse sont diffusés par Ottawa.

Des millions pour Ottawa

Pendant ce temps, les coffres de l’État se remplissent rapidement grâce aux contre-mesures tarifaires imposées par le gouvernement de Justin Trudeau en réplique aux droits américains.

Un total de 839 millions de dollars a été récolté en six mois et, à ce rythme, la somme de 1 milliard de dollars devrait être atteinte avant le dépôt du budget fédéral, au printemps.

Cette somme exclut les revenus issus d’une surtaxe de 25 % sur les importations d’acier d’autres pays que les États-Unis.

Le Canada et les États-Unis sont en pleine guerre commerciale depuis l’entrée en vigueur, en juin dernier, de tarifs douaniers de 25 % sur les importations d’acier canadien et de 10 % sur les importations d’aluminium canadien.

La réplique canadienne était entrée en vigueur le 1er juillet suivant avec des tarifs douaniers supplémentaires s’étendant sur d’autres produits provenant des États-Unis comme le yogourt, les fruits et les légumes et le whisky.

CBC rapporte qu’avant la paralysie partielle du gouvernement fédéral américain en décembre, le département du Commerce américain avait reçu près de 57 000 demandes d’exemptions pour les tarifs douaniers sur l’acier et que seules 14 000 d'entre elles avaient été traitées et approuvées.

Avec les informations de CBC

Politique fédérale

Économie