•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déversement mortel au Brésil : le bilan passe à 58 morts

Les opérations de recherche d'éventuels survivants restent suspendues. Photo: AFP/Getty Images / MAURO PIMENTEL
Radio-Canada

Le bilan des personnes décédées après la rupture d'un barrage à Brumadinho, dans le sud-est du Brésil, est monté à 58 et quelque 305 personnes étaient portées disparues, a indiqué dimanche soir la défense civile brésilienne. Quelques heures auparavant, les autorités avaient annoncé qu'un deuxième barrage ne risquait plus de céder à son tour.

Flavio Godinho, un porte-parole de l'agence brésilienne de sécurité civile, a précisé que les autorités avaient également suspendu l'évacuation des résidents de la ville de Brumadinho, où est située la mine.

Les recherches de survivants reprendront prochainement sur le lieu du désastre, a-t-il encore ajouté.

Des sirènes d'alerte avaient retenti dimanche, quand de fortes pluies ont provoqué une hausse inquiétante du niveau de l'eau retenue par cette seconde digue sur une exploitation minière de la compagnie Vale, près de Brumadinho.

« Nous sommes face à une situation de risque imminent, bien qu'il n'y ait pas eu de rupture pour l'instant. Nous surveillons la situation », avait déclaré Pedroa Aihara, porte-parole des pompiers de l'État.

La seconde digue se trouve à une cinquantaine de mètres de celle qui s'est rompue vendredi, libérant un torrent de boue qui a emporté des bâtiments et des installations de la société minière ainsi que des habitations.

Environ 250 personnes sont toujours portées disparues et, selon les responsables locaux, elles sont probablement mortes.

Les sapeurs-pompiers ont indiqué dimanche matin que le bilan provisoire s'établissait à 37 morts.

Une catastrophe similaire s'est produite en 2015, à environ 100 kilomètres à l'est de Brumadinho, sur une exploitation minière de la société Samarco Mineracao, appartenant conjointement à Vale et au groupe BHP.

Un tribunal brésilien a placé sous séquestre 5 milliards de réaux (environ 1,75 milliard de dollars canadiens) appartenant à Vale, afin de couvrir les dommages causés par l'accident survenu vendredi.

Un juge de l'État du Minas Gerais avait bloqué une somme similaire de la compagnie minière samedi.

Ces deux décisions de justice portent à 10 milliards de réaux (3,5 milliards de dollars canadiens) les gels d'avoirs de Vale.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Accidents et catastrophes

International