•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des athlètes de la Mauricie rencontrent le champion Andy Potts

Chargement de l’image

Une quarantaine d'athlètes de la Mauricie ont pu rencontrer une sommité dans le domaine du triathlon, l'athlète américain, Andy Potts.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une quarantaine d'athlètes de la Mauricie ont pu rencontrer une sommité dans le domaine du triathlon : l'Américain Andy Potts.

Il était à Shawinigan pour faire la promotion d'une marque de vélo et un enseignant en éducation physique du Collège de Shawinigan en a profité pour l'inviter à venir faire une clinique de natation avec des athlètes de la région, débutants comme avancés.

C'est un athlète qui nous inspire beaucoup, donc c'était super intéressant de le rencontrer et de voir au niveau technique comment il fonctionne. Ça nous motive pour la prochaine saison, indique Ève Béland, une des athlètes présentes à l'activité.

Tous les profits amassés lors de cette activité iront au Grand défi Pierre Lavoie.

C'est un des meilleurs. Il a fait les Olympiques et c'est une bonne occasion aussi de donner de l'argent pour le défi Pierre Lavoie, indique l'athlète Mario Trépanier.

L'activité a permis de récolter près de 2500 dollars. Cette somme sera investie en matériel d'éducation physique pour les jeunes de l'école primaire Val-Marie.

C'est d'ailleurs pour cette raison que l'athlète a accepté l'invitation sans hésiter.

Les sports m'ont tellement appris, ils m'ont permis non seulement de me découvrir, mais de découvrir de nouvelles personnes, de nouvelles cultures, estime le triathlète professionnel, Andy Potts.

Si l'athlète nage depuis qu'il est tout jeune, il passe maintenant la majeure partie de son temps à s'entraîner, soit plus de 40 heures par semaine. Il indique qu'il s'agit bien plus qu'un travail : c'est sa passion.

Une passion qu'il sait partager.

Lorsqu'il parle, on boit ses paroles. Moi, en tant qu'enseignant, même en tant qu'entraîneur de natation à mes heures, c'est sûr qu'on va chercher cette expérience-là. C'est une espèce de formation continue en accéléré, affirme l'enseignant en éducation physique du Collège Shawinigan, Yannick Gentes.

D'après un reportage de Laurence B.-Lemaire

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !