•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Asie compte bien d’autres pays que la Chine, rappelle Tokyo à Ottawa

Deux hommes se serrent chaleureusement la main à l'extérieur.
Le premier ministre japonais Shinzo Abe et le premier ministre canadien Justin Trudeau lors du Sommet du G7 dans Charlevoix en 2018. Photo: Reuters / Leah Millis
Radio-Canada

Les tensions diplomatiques entre la Chine et le Canada pourraient servir de prétexte pour s'intéresser davantage au Japon et aux autres pays asiatiques, selon l'ambassadeur japonais au Canada, Kimihiro Ishikane.

Lors d’une entrevue à l’émission radiophonique The House du réseau CBC, l’ambassadeur japonais a souligné que son pays présentait un énorme potentiel économique depuis la signature de l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP).

« Du point de vue japonais, le Canada est un pays de ressources naturelles : uranium, charbon, gaz naturel et pétrole, a énuméré M. Ishikane. L’intelligence artificielle est également de plus en plus populaire. »

Selon l’ambassadeur, les tensions commerciales avec les États-Unis devraient aussi motiver le Canada à se tourner vers de nouveaux partenaires économiques.

« La région Asie-Pacifique est l’une des plus dynamiques, économiquement. Le Canada a exprimé à plusieurs reprises son désir ne plus être exclusivement un pays de l’Atlantique, mais aussi du Pacifique », a ajouté l’ambassadeur.

Un allié discret

Jusqu’à tout récemment, le Japon était demeuré silencieux sur la crise diplomatique entre le Canada et la Chine, liée à l’arrestation d’une dirigeante de la firme Huawei.

« Nous partageons certaines préoccupations avec les Canadiens, a déclaré M. Ishikane. Mais chaque pays a sa propre manière d’aborder cette crise. »

L’ambassadeur a précisé que le Japon était « discrètement » actif auprès de ses alliés.

À son avis, la Chine doit faire preuve de « transparence » et être plus « prévisible » en tant que puissance mondiale émergente.

« La montée en puissance de la Chine s’est faite de manière très rapide, alors je crois qu’elle est encore en train de découvrir son rôle dans l’arène internationale », analyse M. Ishikane.

Avec les informations de CBC

Politique fédérale

Politique