•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Talibans et Américains près d'un accord de paix en Afghanistan

Quatre talibans armés de mitraillettes brandissent un drapeau dans une rue.
L'accord avec les talibans afghans prévoit que l'Afghanistan ne devienne pas une base arrière pour Al Qaïda ou Daech. Photo: Reuters / Parwiz Parwiz
Reuters

Des représentants des talibans afghans et de Washington ont mis la dernière main à un projet d'accord qui ambitionne de mettre fin au conflit en Afghanistan.

Ce texte prévoit notamment le retrait des forces étrangères dans un délai de 18 mois et l'engagement selon lequel ni Al-Qaïda ni le groupe armé État islamique ne pourront utiliser l'Afghanistan comme base arrière, ont dit des sources proches des talibans.

Il prévoit également l'instauration d'un cessez-le-feu dont le calendrier reste à définir, ont-elles ajouté.

« Dans 18 mois, si les forces étrangères sont parties et que le cessez-le-feu est instauré, les autres aspects du processus du paix pourront être mis en oeuvre », a dit l'une des sources.

Les deux parties ont également négocié des échanges de prisonniers et la levée des interdictions de voyager qui visent plusieurs dirigeants des talibans.

L'émissaire américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, qui a participé à ces discussions, doit prendre le chemin de Kaboul où il informera le président Ashraf Ghani des progrès réalisés au cours des négociations organisées au Qatar.

« Les réunions se sont révélées plus productives que par lepassé. Nous avons avancé sur des questions centrales », a déclaré l'émissaire, avant de dire espérer que les discussions reprennent rapidement.

La dernière série de discussions entre Américains et talibans s'est ouverte lundi à Doha, capitale du Qatar. Parmi les membres de la délégation des talibans figurait le mollah Abdul Ghani Baradar, cofondateur du mouvement.

Elles se sont toutefois déroulées sans représentant du gouvernement de Kaboul, que les talibans jugent illégitime.

Ashraf Ghani pourrait toutefois refuser les propositions contenues dans ce projet, notamment parce qu'elles prévoient la mise en place d'un gouvernement provisoire auquel participerait les taliban.

Après plus de 17 ans de guerre, la Maison-Blanche envisage de rapatrier au moins 5000 des 14 000 militaires américains qui se trouvent actuellement en Afghanistan.

Conflits armés

International