•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le compositeur français Michel Legrand n'est plus

Le compositeur français Michel Legrand a remporté trois Oscars au cours de sa carrière. Photo: Getty Images / AFP/Tiziana Fabi
Radio-Canada

« Compositeur de génie », « géant de la musique » : le Français Michel Legrand, trois fois oscarisé, célèbre créateur des thèmes des films Les Parapluies de Cherbourg et Les Demoiselles de Rochefort, est décédé dans la nuit de samedi, à Paris, à l'âge de 86 ans.

« Il s'est éteint chez lui à 3 h [locales] aux côtés de son épouse, la comédienne Macha Méril », a indiqué son attaché de presse à l'AFP.

Au cours d'une carrière de plus de 50 ans qui lui a valu une renommée mondiale, ce musicien touche-à-tout a travaillé avec les plus grands, de Ray Charles à Orson Welles, en passant par Jean Cocteau, Frank Sinatra, Charles Trenet et Édith Piaf.

« Comme certains dieux hindous, Michel est un être multiforme. On a l'impression qu'aucune discipline musicale ne lui résiste », écrivait le compositeur Stéphane Lerouge en avant-propos de l'autobiographie de Michel Legrand parue en 2013.

« Le jour où l'on fera le point sur son apport à la musique, on découvrira un créateur que la France a peut-être sous-estimé », ajoutait-il.

D'abord accompagnateur et arrangeur pour des chanteurs, Michel Legrand avait commencé à composer des musiques de films dans les années 1960 avec l'émergence de la Nouvelle Vague, travaillant pour Agnès Varda, Jean-Luc Godard, et surtout son complice préféré, le cinéaste français Jacques Demy.

Le compositeur Michel Legrand en compagnie de la chanteuse Caterina Valente lors de leur passage à l'Olympia de Paris le 20 janvier 1972. Le compositeur Michel Legrand en compagnie de la chanteuse Caterina Valente lors de leur passage à l'Olympia de Paris le 20 janvier 1972. Photo : Getty Images

De nombreuses réactions

Les réactions du monde de la culture se multipliaient en France, samedi matin.

« Compositeur de génie, son inépuisable talent, célébré partout dans le monde, a fait naître tant d'émotions », a tweeté le ministre français de la Culture, Franck Riester.

« Il a signé avec Les Parapluies de Cherbourg et Les Demoiselles de Rochefort les plus belles partitions du cinéma français, faisant naître en France, avec Jacques Demy, la comédie musicale comme nouveau genre cinématographique », a de son côté rappelé le Centre national du cinéma (CNC).

« Ses notes ont inventé, pour toujours, un véritable langage musical aux côtés des images », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Outre ces deux chefs-d'oeuvre, on lui doit aussi le thème de Peau d'âne, dont une version scénique pour laquelle il a créé des musiques supplémentaires, est à l'affiche depuis novembre au théâtre Marigny à Paris.

« Un géant de la musique vient de nous quitter. Un musicien de renommée mondiale. Il reste bien vivant au milieu de nous, tous les jours à Marigny », a affirmé le théâtre qui se dit « bouleversé », dans un communiqué.

Lors de la première représentation de Peau d'âne sur scène, le compositeur avait reçu une ovation de plus de 20 minutes. Le spectacle est encore l'affiche jusqu'à la mi-février.

Des spectacles à l'agenda

Michel Legrand photographié sur les planches de l'Olympia à Paris le 18 décembre 1988. Michel Legrand photographié sur les planches de l'Olympia à Paris le 18 décembre 1988. Photo : Getty Images

Le compositeur devait aussi donner deux concerts au Grand Rex, à Paris, en avril, en compagnie de ses « amis » l'accordéoniste Richard Galliano, la soprano Natalie Dessay, le compositeur Michel Portal et le guitariste Sylvain Luc.

« Pour moi, il est immortel, de par sa musique et sa personnalité », a réagi auprès de l'AFP le compositeur et chef d'orchestre français Vladimir Cosma. « C'était une personnalité tellement optimiste, avec une sorte de naïveté dans l'optimisme, il voyait tout en rose! »

En pleine gloire, il avait décidé de s'installer aux États-Unis en 1966. « C'est un vrai risque de quitter la France, en débarquant à Hollywood sans véritable engagement », écrivait-il dans son autobiographie, qualifiant ce pas de « partie de roulette russe ».

Michel Legrand photographié pendant une répétition à Madrid le 9 novembre 2005. Michel Legrand croqué pendant une répétition à Madrid le 9 novembre 2005. Photo : Getty Images

C'est Henry Mancini, grand compositeur pour le cinéma, qui lui ouvre les portes d'Hollywood et lui donne l'opportunité d'écrire la musique de L'affaire Thomas Crown (1969).

Un pari gagnant : Michel Legrand avait obtenu trois Oscars, pour la chanson Les moulins de mon cœur, tirée de la musique de L'affaire Thomas Crown en 1969, puis pour Un été 42 (1972) et Yentl (1984).

Un amour pour le Québec

Michel Legrand a toujours clamé son amour pour le Québec, où il a effectué plusieurs tournées.

Il a aussi figuré à la programmation du Festival international de jazz de Montréal à quelques reprises, partageant notamment la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de Montréal avec Ginette Reno en 1986.

« J'ai rencontré Michel Legrand il y a dix ans, à Los Angeles, et nous parlions d'un spectacle de jazz ensemble. Moi, j'ai toujours eu ce que j'ai voulu dans la vie, mais toujours in God's time. C'est lui qui décide en haut. Moi, je souhaite et tout arrive fatalement. Je ne désire pas parce que désirer, c'est souffrir », avait raconté Mme Reno au journal La Presse à l'époque.

Il a aussi collaboré à des récitals avec Mario Pelchat en 2009.

Michel Legrand en prestation au festival de jazz d'Ajaccio en Corse le 27 juin 2012. Michel Legrand en prestation au festival de jazz d'Aiacciu en Corse le 27 juin 2012. Photo : Getty Images

En 2007, il avait d'ailleurs reçu un doctorat honoris causa de musique de l'Université de Montréal, qui lui avait rendu hommage en présentant un concert au cours duquel son Concertoratorio avait été présenté en première nord-américaine.

Michel Legrand devait être accompagné par l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières (OSTR) pour plusieurs concerts prévus au Québec.

« C'est une œuvre immense pour un compositeur immense. C'était quelqu'un d'éminemment créatif, qui avait apporté beaucoup à la musique d'aujourd'hui et du XXe siècle. Il est de la même trempe que John Williams », a dit la directrice générale de l'OSTR, Natalie Rousseau, en entrevue à La Presse canadienne.

Le pianiste devait passer l’année 2019 à parcourir le monde dans le cadre d'une tournée internationale, avec des spectacles qui étaient prévus à Ottawa, à Montréal et à Québec, les 8, 9 et 12 juin.

Les détenteurs de billets pour ces concerts annulés doivent communiquer avec leur billetterie respective afin d’obtenir un remboursement.

Réactions au Québec

Voici quelques réactions québécoises à la suite de l'annonce de la mort du compositeur français Michel Legrand :

« Je viens de perdre un ami, un être d’exception avec qui j’ai eu l’honneur de travailler. Nous avons fait des concerts ensemble, partagé notre amour de la musique, joué dans des salles prestigieuses ici au Québec, à Toronto, Paris, Las Vegas, Boston, New York, Washington, en Russie à Saint-Pétersbourg et Moscou. Nous avons eu le Félix de l’album jazz en 2009. Je disais toujours qu’il était l’un des plus grands du 20e siècle et que j’avais le privilège de chanter avec Mozart en quelque sorte et ce n’était même pas exagéré... Michel Legrand tu vas énormément me manquer. Bon voyage! »
Mario Pelchat

« Mes sympathies à ses proches dont sa femme Macha Méril, qui a joué, entre autres, la mère de Pierre Lambert dans Lance et Compte. Sa chanson Un parfum de fin du monde raisonne dans ma cuisine ce matin. Dis on se reverra? »
Julie Snyder

« Je suis profondément peinée d'apprendre le décès de Michel Legrand. Un homme exceptionnel, un brillant compositeur... un des grands de notre époque. Il vivra à travers sa musique pour toujours. Mes pensées accompagnent sa famille et ses proches. »
Céline Dion

« Un génie nous quitte. »
Nathalie Roy, ministre de la Culture

« C'est toute la chanson, la musique, la danse et le cinéma qui pleurent Michel Legrand. Sortons nos parapluies : il a su braver la foudre, libérer par son talent la création de tant de chasses gardées. Legrand était le plus grand de la lyrique en tout et pour tous. »
Michaëlle Jean

« Cibole. Je braille. »
Dan Bigras

« Autour des années 80, quand on appelait Michel Legrand et qu'il ne pouvait répondre, sa secrétaire disait “Monsieur est à cheval”. C'était classe! Bonne dernière randonnée, M. Legrand. »
Claude Fournier, cinéaste

Avec les informations de Agence France-Presse

Musique

Arts