•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa lance un projet pilote pour accroître l’immigration dans les régions

Le ministre Amhed Hussen en conférence de presse dans le Grand Sudbury.

Le ministre Ahmed Hussen dit espérer que le projet pilote qui existe déjà en Atlantique saura désormais répondre aux autres régions rurales canadiennes.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a lancé, jeudi, un nouveau programme destiné à favoriser l'immigration au sein des communautés rurales ou nordiques du pays. Ce projet pilote cherche à répondre à la pénurie de main-d'oeuvre et au déclin démographique auxquels font face ces collectivités en Ontario, dans les provinces de l'Ouest et dans les territoires.

À leur arrivée au Canada, plus des deux tiers des nouveaux arrivants, sélectionnés par les programmes actuels, préfèrent s’établir dans les grands centres urbains du pays.

C’est la raison pour laquelle les petites collectivités, qui font face à l’exode rural et au vieillissement de leur population, réclament depuis longtemps une intervention du gouvernement fédéral pour les aider à mieux assurer leur croissance.

Cette vitalité économique, sociale et démographique passe souvent par la nécessité d’attirer et de retenir les immigrants dans les régions. Le nouveau programme vise spécifiquement l’Ontario, les provinces de l’Ouest et les territoires.

Le défi de la rétention

« L'immigration n’est pas le seul moyen, [mais] elle peut être utilisée pour remédier à la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée », a souligné le ministre de l’Immigration du Canada, Ahmed Hussen, au lancement du projet pilote.

Par ce nouveau programme, Ottawa veut appuyer les communautés locales participantes, soutenues par leurs gouvernements provinciaux et territoriaux, pour les aider à offrir une gamme de services de soutien aux nouveaux arrivants.

Le projet pilote met particulièrement l’accent sur la rétention des immigrants.

Pour atteindre cet objectif, le ministre de l’Immigration précise que les collectivités sélectionnées devront prouver qu’elles ont besoin de travailleurs qualifiés, mais aussi qu’elles disposent des infrastructures nécessaires pour leur établissement. Elles doivent donc être en mesure d’accueillir et d’intégrer les immigrants retenus ainsi que leurs familles.

Selon l’agente d’information au centre des services bilingues de Notre-Dame-de-Lourdes Joanne Riel, cet accompagnement des nouveaux arrivants pourrait prendre plusieurs formes au Manitoba. En effet, au-delà du soutien linguistique et à l’emploi, il s’agirait aussi d’établir des activités sportives et culturelles pour retenir les nouveaux venus.

Le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM) aura également un rôle-clé à jouer dans la province. « Il y aura un projet pilote au Manitoba [qui] pourra servir de bon exemple pour le restant du pays », dit son directeur, Louis Allain.

La coordonnatrice du Réseau en immigration francophone du Manitoba, Salwa Meddri, partage cet optimisme et souligne la nécessité de travailler ensemble. Il est nécessaire « d’avoir des partenaires communautaires, des institutions et autres pour pouvoir mener à bien ce projet », souligne-t-elle.

Un programme similaire a d’abord été lancé, en mars 2017, dans les Maritimes, pour aider ces provinces à attirer et à retenir les immigrants. Ce Programme pilote d’immigration au Canada atlantique a permis à chaque immigrant de bénéficier d’une offre d’emploi et d’un suivi personnalisé pour lui ainsi que pour sa famille.

Les prochaines étapes

Les communautés sélectionnées doivent travailler avec un organisme de développement économique local et démontrer en quoi les immigrants stimuleront leur développement économique.

Ce projet pilote, qui s'étend sur cinq ans, complète d’autres dispositifs, dont le Programme des candidats des provinces.

Il doit aussi permettre de soutenir la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire, selon le ministère de l’Immigration.

Les communautés rurales de l’Ontario, de l’Ouest ou du Nord intéressées par ce programme ont jusqu’au 1er mars pour poser leur candidature.

Le gouvernement fédéral sélectionnera les collectivités participantes au printemps prochain.

Le processus de sélection des candidats à la résidence permanente débutera durant l’été.

Le nouveau programme fédéral cherche à accueillir et à retenir dans les régions rurales ou nordiques près de 3000 personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique fédérale