•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coop Paradis convoite le site de la Grande Place

Le nouveau plan de la Coop Paradis

Le plan de la Coop Paradis pour le 112-116 Saint-Germain E

Photo : Coopérative Paradis

Radio-Canada

La Coop Paradis souhaite à nouveau changer l'emplacement de ses prochains locaux. La coopérative espère maintenant faire partie des aménagements qui seront faits sur le site de la Grande Place.

En entrevue à L'heure de l'Est, la directrice générale de l’organisation, Cybel Chagnon, a affirmé que les contraintes sont trop nombreuses sur le site du 112-116 Saint-Germain E.

Une étude effectuée par des gestionnaires de projets et des spécialistes leur a permis de déterminer que l’étroitesse du terrain les forcerait à faire un édifice de plusieurs étages et que le stationnement souterrain serait très complexe et coûteux à construire.

La Coop devrait donc faire des sacrifices pour s’installer à cet endroit. La directrice générale explique, par exemple, que les 19 cases de stationnement souterrain coûteraient aussi cher que l’équipement de la salle de projection.

L’organisation a donc approché le comité qui travaille sur la revitalisation du quadrilatère de la Grande Place pour proposer de s’y installer.

Mme Chagnon indique que la coopérative pourra conserver le financement du gouvernement malgré ce changement, puisque le financement n’est pas lié à un site particulier.

C’est sûr que si on a une possibilité de s’implanter sur un site qui convient mieux, qui va coûter moins cher et qui va permettre de répondre aux besoins qui sont déterminés sans faire de compromis, c’est sûr que ça devient optimal.

Cybel Chagnon, directrice générale de la Coop Paradis

Elle ajoute que contrairement à d’autres types de commerces, la Coop Paradis n’apporterait pas de pression sur le stationnement dans les périodes les plus occupées, soit de jour pendant la semaine, puisque ses événements se tiennent surtout le soir et la fin de semaine.

Mme Chagnon ignore quand le comité rendra sa décision au sujet de la coopérative. Elle dit toutefois avoir eu des échos positifs de la Ville de Rimouski.

Bas-Saint-Laurent

Culture