•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vétérinaires recherchés en Gaspésie

Un cheval dehors l'hiver

Un cheval

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

Des propriétaires de chevaux de Percé s'inquiètent du peu de vétérinaires qui interviennent auprès des gros animaux en Gaspésie.

Il y a présentement un seul vétérinaire, André Banville, qui soigne les animaux de ferme sur le territoire qui va de L'Anse-Pleureuse à Chandler, soit plus de 200 km.

Lorsqu’il est absent ou en vacances, aucun autre vétérinaire ne prend la relève pour répondre aux urgences. Ceux de la Baie-des-Chaleurs qui s’occupent des gros animaux ne se déplacent pas si loin hors de leur territoire.

Propriétaire de chevaux et d'animaux de ferme, Ariane Aubert-Bonn explique que même en cas d’absence, les vétérinaires de la Baie-des-Chaleurs refusent de se déplacer dans la MRC de Rocher-Percé.

Une femme nourrit une chèvre dans une étableAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ariane Aubert-Bonn nourrit une de ses chèvres

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

En septembre dernier, Sylvie Lelièvre a donc dû se résigner à accompagner son cheval miniature vers la mort. Son vétérinaire était en vacances et il n’y avait personne pour le remplacer. Je me suis couchée avec lui, je lui ai parlé durant trois heures, raconte la dame. Pauvre petite bête, si on avait pu au moins avoir quelque chose pour calmer sa douleur. 

Sylvie Lelièvre raconte qu’elle était prête à se rendre jusqu’à New Richmond pour qu’une jument puisse recevoir des soins. La vétérinaire n'a pas voulu, ce n'était pas son secteur. Mais il reste que l'animal souffre, constate la propriétaire de chevaux.

Faute de vétérinaires pour dépanner, les propriétaires de gros animaux s'aident et se soutiennent entre eux. On s'entraide beaucoup entre propriétaires de chevaux, ceux qui ont beaucoup d'expérience vont la mettre au profit des autres, mais c'est certain qu'on n'est pas à l'abri d'une mort , commente Ariane Aubert-Bonn.

Deux chevaux dehors l'hiverAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux chevaux

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Clientèle restreinte

Vétérinaire dans la région depuis 1982, André Banville soigne les gros animaux, mais consacre la majeure partie de son temps au soin des petits animaux.

Il explique qu'avec le nombre peu élevé de gros animaux en Gaspésie, il serait irréaliste d'avoir un vétérinaire uniquement pour les grosses bêtes. Il faut aussi avoir la vocation. Si je suis encore là-dedans, dit-il, c'est que je connais ces gens-là depuis une trentaine d'années. Et dire, moi, j'arrête de faire ça, je serais mieux de déménager parce que ça serait invivable. On est disponibles jour et nuit. 

Un vétérinaire soigne un chienAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

André Banville soigne surtout les petits animaux, mais accepte aussi de s'occuper des animaux de ferme.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

La profession change. De plus en plus de nouveaux vétérinaires ne souhaiteraient pas intervenir à toutes heures du jour pour des interventions urgentes.

D'après un reportage de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !