•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après les oiseaux, les arbres et les fleurs, les provinces auront-elles un lichen officiel?

Un échantillon de lichen de couleur jaune.

Le lichen, comme celui que l'on trouve sur les roches dans la région du Whiteshell au Manitoba, se présente sous 2 500 espèces différentes et dans une vaste gamme de couleurs.

Photo : Radio-Canada / Darren Bernhardt

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des chercheurs de partout au Canada veulent identifier une espèce de lichen différente pour chaque province. Après les oiseaux, les arbres, les fleurs ou encore les tartans, le lichen pourrait ainsi entrer dans la liste des symboles des provinces.

L'idée a vu le jour en 2016, lorsqu'un groupe de personnes en Californie a désigné avec succès le lichen à dentelle comme étant le lichen de l'État de la Californie.

L'année suivante, « une recherche très médiatisée d'un oiseau national au Canada a rendu les lichénologues canadiens désireux d'être eux aussi sous les projecteurs », a déclaré le chercheur Troy McMullin, du Musée canadien de la nature à Ottawa.

Un être méconnu

« Le lichen, un champignon en union symbiotique avec une algue, est souvent négligé, mais suffisamment important pour mériter le statut de symbole provincial », a-t-il déclaré.

« Ce n'est certainement pas la préoccupation de la plupart des gens... On me demande souvent ce qu'est un lichen quand je dis que c'est ce que j'étudie. »

Il indique que les lichens sont pourtant vraiment importants sur le plan écologique.

« Ils servent de nourriture à plusieurs espèces, en particulier le caribou, [car] c'est ainsi qu'ils survivent en hiver, et ils contrôlent l'érosion des sols », souligne Troy McMullin.

Les lichens jouent également un rôle clé dans le cycle des éléments nutritifs, offrant un camouflage protecteur à certaines créatures et des matériaux de nidification à d’autres, ainsi qu’un dégagement lent d’eau dans l’environnement, souligne Troy McMullin.

De plus, leur sensibilité à la pollution atmosphérique et au climat en fait des témoins parfaits pour surveiller la qualité de l'air et les changements climatiques.

Ainsi, les experts en lichens du pays s’unissent pour choisir un représentant du lichen dans chaque province.

J'aime les appeler les récifs coralliens de la forêt, ils se déclinent en tant de couleurs et de formes et de tailles différentes.

Une citation de : Troy McMullin, chercheur au Musée canadien de la nature

Un choix difficile

La sélection du Manitoba, par exemple, se joindrait à une liste qui inclut déjà le crocus des Prairies comme fleur provinciale, l'épinette blanche comme arbre provincial et le grand-duc d'Amérique comme oiseau provincial.

Cependant, réduire cette sélection à un lichen n’est pas une tâche facile.

Il existe 2500 espèces différentes au Canada. Elles se déclinent dans une vaste gamme de couleurs et se développent selon une multitude de motifs.

« Les régions boréales sont particulièrement riches en lichens et le Manitoba possède une vaste étendue boréale. Cependant, il a aussi une zone arctique, qui contient ses propres espèces », précise Troy McMullin.

Il y a ensuite l'extrême sud du Manitoba, où quelques espèces différentes des États-Unis s'étendent dans la province.

« Le lichen est partout. Il pousse à peu près dans n'importe quel environnement terrestre du monde. Il est sur les arbres, dans la cour des maisons, sur les trottoirs », souligne Troy McMullin.

Troy McMullin s'attend à ce que les discussions durent au moins un an avant de connaître la décision finale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !