•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Radio-Canada et Sa Majesté la reine

La reine Élisabeth II et le duc d’Édimbourg accueillis au Parlement canadien.

En 1957, la reine Élisabeth II devient le premier monarque régnant à prononcer le discours du Trône au Parlement canadien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Nos archives tracent un parallèle entre le règne d'Élisabeth II et l'histoire de Radio-Canada. Dans les premières années de la société d'État, le parcours de la reine et ses visites au Canada ont souvent fait l'objet d'innovations techniques et de productions d'envergure. Découvrez dans nos archives quelques grands moments de notre monarchie constitutionnelle.

La visite du roi George VI en 1939

Avant Élisabeth II, le premier souverain à fouler le sol du Canada est son père, le roi George VI.

La Société Radio-Canada n’a que trois ans quand il visite le pays avec la reine mère au printemps 1939.

Pour rendre compte de l’événement, on réunit une équipe de onze journalistes, en plus de ressources en ingénierie et en logistique.

De nouveaux équipements sont utilisés, dont ce microphone, orné d’une petite couronne, conçu spécialement pour l’occasion.

Micro de radio orné d'une couronne et de l'identifiant CBC.

Visite royale (audio), 17 mai 1939

Photo : Radio-Canada

Comme en témoigne ce court extrait radio de l’émission spéciale du 17 mai 1939, la visite du roi George VI et de la reine mère est décrite dans ses moindres détails.

Les journalistes de Radio-Canada sont répartis en cinq points stratégiques sur le parcours du cortège royal : la gare maritime de l'anse au Foulon, les plaines d'Abraham, l'avenue Grande Allée, le Parlement et la Citadelle.

Québec est en liesse! Et tous les édifices disparaissent sous d'énormes décorations où les trois couleurs qui sont à la fois celles de la Grande-Bretagne, du Canada et de la France s'unissent à merveille!

Une citation de :Le journaliste posté à la Citadelle de Québec

La première visite de la princesse Élisabeth en 1951

La princesse Élisabeth et le prince Philippe, assis sur un canapé au McConnell Lodge, à Saint-Agathe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La princesse Élisabeth et son époux, le prince Philippe, duc d'Édimbourg, passent quelques jours au Québec durant leur visite royale en 1951.

Photo : Radio-Canada / CANADIAN PACIFIC

La princesse Élisabeth visite une première fois le Canada en 1951, à l’invitation du ministre des Affaires extérieures Lester B. Pearson.

Accompagnée du prince Philippe, elle arrive à Québec le 2 octobre 1951 et traverse le pays d’un océan à l’autre au cours d’un séjour de six semaines.

À Toronto, une foule estimée à près de 500 000 personnes suit le cortège royal.

À Montréal, la princesse Élisabeth assiste au Forum à un match de hockey des Canadiens de Montréal aux côtés du maire Camillien Houde. Maurice Richard y compte deux buts!

Au Forum de Montréal, la princesse Élisabeth, le prince Philippe, duc d'Édimbourg, et le maire Camillien Houde assistent à un match de hockey.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La princesse Élisabeth assiste à un match de hockey au Forum de Montréal lors de sa visite royale en octobre 1951.

Photo : Radio-Canada / CANADIAN PACIFIC

Le couronnement de la reine Élisabeth II en 1953

C’est véritablement deux ans plus tard, lors du couronnement de la reine, que Radio-Canada marque le coup.

Le 2 juin 1953, Radio-Canada diffuse le couronnement de la reine Élisabeth II moins de quatre heures après la fin de la cérémonie à Londres.

Une grande première nord-américaine qui relève d’un exploit technique et logistique.

Radio-Canada doit se coordonner avec la BBC qui tourne l’ensemble de l’événement pour sa diffusion en direct.

À mesure que la cérémonie progresse, les enregistrements sur film sont transportés par avion-chasseur de la Grande-Bretagne au Canada. Une véritable mission conjointe de la Royal Air Force et de l’Aviation royale canadienne!

La reine Elisabeth II, souriante, assise dans le carrosse royal avec sa grosse couronne sur la tête.

Montage d'archives, Couronnement de la reine Élisabeth II

Photo : Radio-Canada

La cérémonie en entier dure plus de quatre heures et est diffusée à partir de 16 h 15 au Canada.

Notre montage d’archives en présente les faits saillants, dont le serment, l’onction et l’investiture, étape à laquelle la couronne est placée sur la tête de la souveraine.

Le journaliste René Lévesque est notamment posté à travers la foule pour suivre le cortège royal à sa sortie de l’abbaye de Westminster.

Les journalistes Gérard Arthur et Judith Jasmin ont aussi fait le voyage à Londres.

La souveraine en visite au Canada en 1957

Du 12 au 16 octobre 1957, Élisabeth II effectue sa première visite au Canada en tant que souveraine.

Pour une première fois dans l’histoire, c’est un monarque régnant qui ouvre le Parlement.

Cette présidence d'honneur représente ainsi le point culminant de cette visite royale de quatre jours à Ottawa.

Un caméraman équipé d'une caméra sur un chariot roulant entre au Parlement accompagné de deux techniciens de Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une équipe de Radio-Canada capte le passage de la reine au Parlement dans ses moindres détails.

Photo : Radio-Canada / CAPITAL PRESS SERVICE

Le 14 octobre 1957, la reine préside l’ouverture d’une session du Parlement sous les caméras de Radio-Canada. Elle y prononce le discours du Trône en français et en anglais.

Sur des tabourets, des journalistes, dont Raymond Charette et Lucien Côté, révisent leurs notes entourés de caméras et d'autre équipement technique.

La revue de l'actualité, 14 octobre 1957

Photo : Radio-Canada

À la radio, le journaliste Lucien Côté qualifie la cérémonie d'historique, car télédiffusée en plus d’être radiodiffusée par Radio-Canada.

Il décrit l'euphorie soulevée par cette journée de grand apparat tout en peinant lui-même à camoufler son enthousiasme.

« Une reine, dans notre démocratie, c’est quand même extraordinaire! » s’exclame-t-il dans son compte rendu à l’émission La Revue de l’actualité avant de s’excuser de tomber dans le commentaire.

L’inauguration d’une « voie royale »

Élisabeth II revient au pays en 1959, cette fois pour un long voyage de 45 jours au cours duquel elle visite toutes les provinces canadiennes.

Dans un studio de télévision, l'annonceur Bruce Marsh fait la description de l'inauguration de la Voie maritime du Saint-Laurent, debout devant un moniteur de télévision dans lequel on voit le yacht royal Britannia faire son entrée dans la Voie
maritime.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Radio-Canada couvre l'inauguration de la Voie maritime du Saint-Laurent dans une émission spéciale soulignant la présence de la reine Élisabeth II.

Photo : Radio-Canada / Henri Paul

Le 26 juin 1959, elle inaugure officiellement la Voie maritime du Saint-Laurent en compagnie du premier ministre canadien John Diefenbaker et du président américain Dwight D. Eisenhower.

Six millions d’auditeurs et de téléspectateurs suivent à Radio-Canada cette cérémonie hautement protocolaire.

Lors de la visite royale, trois techniciens s'affairent dans une régie centrale de radio.

Visite royale (audio), 26 juin 1959

Photo : Radio-Canada / David Bier

À la radio, le journaliste Raymond Laplante décrit l’ouverture de la Voie maritime du Saint-Laurent comme « l’événement du siècle en Amérique du Nord ».

Où que vous soyez au Canada ou dans tout autre pays de langue française dans le monde, vous allez assister au commencement d'une ère nouvelle dans la vie d'un grand fleuve, la réalisation d'un rêve caressé depuis le 17e siècle par les découvreurs de la Nouvelle-France et que le génie technique du 20e a permis de matérialiser.

Une citation de :Le journaliste Raymond Laplante

Dans les premières minutes de cette émission spéciale, les journalistes Pierre Nadeau et Yolande Champoux décrivent l’accueil du président américain à l’aéroport de Saint-Hubert et sa rencontre avec la reine.

À bord du yacht royal Britannia, Élisabeth II, Dwight D. Eisenhower et John G. Diefenbaker inaugurent par la suite la Voie maritime du Saint-Laurent, un symbole de coopération entre le Commonwealth et les États-Unis.

Une foule de 20 000 personnes assiste au passage du Britannia tout le long de la voie fluviale.

Un caméraman de Radio-Canada, portant son équipement sur son dos et des membres de la Gendarmerie royale du Canada sur le site de la cérémonie d'inauguration de la Voie maritime du Saint-Laurent.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un caméraman de Radio-Canada, portant son équipement sur son dos, attend l'arrivée de la reine Élisabeth II à la cérémonie d'inauguration de la Voie maritime du Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

La Voie maritime du Saint-Laurent, une des plus grandes routes maritimes au monde, est en réalité ouverte à la circulation depuis le 25 avril.

La réalisation de cette voie navigable entre l’océan Atlantique et la tête des Grands Lacs a nécessité cinq années de travaux et plus d’un milliard de dollars de dépenses.

La reine du Canada

La reine reviendra fréquemment rendre visite aux Canadiens. Et elle ne recevra pas toujours le même accueil, comme en témoigne le samedi de la matraque en 1964.

Elle participera également à de grands événements, comme l’Expo 67 ou les Jeux olympiques de Montréal de 1976.

Depuis son couronnement en 1953, la reine Élisabeth II aura vu défiler douze premiers ministres canadiens, de Louis Saint-Laurent (1948-1957) à Justin Trudeau (2015 à aujourd’hui).

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.