•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse d'utilisation des antipsychotiques dans les CHSLD : résultats positifs pour les résidents

Gros plan sur les mains de personnes âgées.

Les CHSLD du Québec ont été invités à diminuer la prescription d'antipsychotiques

Photo : iStock

Radio-Canada

Les résidents des CHSLD qui ont des problèmes de comportements liés à la démence gagnent à moins prendre d'antipsychotiques. C'est ce qui ressort d'un projet pilote mené par le CIUSSS de l'Estrie-CHUS auquel ont collaboré 24 CHSLD du Québec.

À l'heure actuelle, entre 40 % et 60 % des résidents des CHSLD prennent des antipsychotiques sans avoir reçu de diagnostic de psychose. Ils sont souvent prescrits aux gens qui ont des comportements liés à la démence, à l'alzheimer, aux problèmes de sommeil ou d'errance, par exemple.

Toutefois, les recherches ont démontré que ces médicaments sont peu efficaces pour traiter les troubles de comportement. Aussi, la prise d'antipsychotiques augmente les risques de chutes, de pneumonie, d'AVC et d'insuffisance cardiaque, entre autres.

La déprescription d'antipsychotiques a été un succès chez 86 % des 220 résidents qui ont participé au projet. Cette baisse de prise de médicaments n'a pas eu d'effet sur le comportement et les gens n'ont pas eu à compenser en augmentant les doses d'autres médicaments comme les somnifères ou les antidépresseurs.

Au cours des prochains mois, 134 CHSLD du Québec participeront à la deuxième partie de l'étude. Québec injecte 1,2 million de dollars dans cette phase qui a été annoncée par la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, lors d'une conférence de presse qui avaient lieu vendredi à Sherbrooke. La Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé investit également 1,2 million de dollars dans le projet.

« On croit qu'on est capable d'implanter cette formule dans 134 autres CHSLD. Ces gens-là vont devenir des mentors, des formateurs. Par la suite, mon souhait, si ça marche toujours aussi bien, c'est de déployer l'ensemble du programme dans l'ensemble des CHSLD du Québec », a-t-elle dit.

Des animaux robotisés

Ces animaux robotisés sont utilisés pour calmer les personnes qui présentent des symptômes de démence.

Photo : Radio-Canada

À Sherbrooke, quatre résidents ont même complètement cessé de prendre des antipsychotiques. Des mesures ont également été mises de l'avant pour traiter les symptômes de la démence comme de la musicothérapie, la peinture, les animaux robotisés et l'utilisation de coussins sensitifs.

Dans les provinces où cette nouvelle approche a été employée, une réduction de 54 % de l'usage des antipsychotiques, de 20 % des chutes, de 51 % de la violence physique et verbale et de 22 % de la résistance aux traitements a été répertoriée.

Santé physique et mentale

Santé