•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau test de dépistage du VIH à l’essai à Regina

Une médecin pratique le test de dépistage du VIH sur un patient.
Le test se fait simplement en pharmacie grâce à une prise de sang sur le bout des doigts. Le résultat est obtenu en environ une minute. Photo: Twitter
Radio-Canada

La pharmacie Wellness Wheel de Regina propose un nouveau test du VIH pour toutes les personnes intéressées qui entrent dans la pharmacie, quelle que soit la raison de leur venue. Ses pharmaciens utilisent une méthode innovante et rapide, une prise de sang sur le bout des doigts, dans le but de tenter de généraliser le dépistage de la maladie en Saskatchewan.

Dans la province, une personne sur quatre ne connaît pas son statut sérologique.

« On voulait essayer un moyen nouveau et innovant de toucher différentes populations qui n’avaient pas encore accès au test de dépistage », explique la coordinatrice de clinique et de projet au sein de l'organisme Wellness Wheel, Suzanne Nicolay. « On sait que plus une personne est diagnostiquée et soignée rapidement, plus elle a de chances d’être en meilleure santé. »

L'objectif de cette organisation à but non lucratif est d'accroître l'accès aux soins pour les maladies chroniques, comme le VIH, en Saskatchewan, car la province a le taux d'infection par le VIH le plus élevé du pays.

Selon Suzanne Nicolay, certaines personnes ne savent pas qu'elles courent un risque d'infection et ne connaissent simplement pas les risques. De plus, le praticien peut avoir ses propres hypothèses sur les gens qui sont à risque.

Un test d’à peine plus d’une minute

Les personnes qui acceptent de se faire tester sont amenées dans une salle privée. Le test dure entre 60 et 90 secondes et donne un résultat préliminaire. Si le résultat est positif, le pharmacien peut rapidement les conseiller sur la suite des choses.

Le test n’est pas encore totalement fiable, puisque quatre erreurs ont été constatées sur 2000 tests. Mme Nicolay affirme qu'il faut donc faire un suivi pour confirmer les résultats. Toutefois, le fait d'offrir ce test en pharmacie est une bonne chose, selon elle, car les pharmaciens peuvent donner du soutien aux gens et possèdent plus de ressources.

« [Les pharmaciens] sont vraiment bien placés pour créer ce lien entre les gens et les soins », précise Suzanne Nicolay.

Le nouveau test n’est pas encore généralisé en Saskatchewan, étant en période d’essai. Si les professionnels et les clients de la pharmacie sont satisfaits de cette nouvelle méthode, elle pourrait être étendue à d’autres officines.

Avec les informations de CBC News.

Saskatchewan

Santé publique