•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une journée de formation sur l'immigration et la diversité pour contrer la pénurie de main-d'oeuvre

Une trentaine de personnes assistent à une formation.

La journée de formation Immigration et diversité était organisée par le CLD Abitibi, en collaboration avec le ministère de l'Immigration, de la diversité et de l'inclusion.

Photo : Facebook/Chambre de commerce et d'industrie du Centre Abitibi

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une quarantaine de participants de la MRC d'Abitibi ont pris part, mercredi, à une journée sur l'immigration et la diversité.

L'événement était offert par le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion du Québec (MIDI) avec la participation du CLD Abitibi.

L'objectif était de mieux outiller les entreprises dans le processus de recrutement de travailleurs étrangers.

Le processus d'embauche et la gestion de la diversité culturelle au sein de l'entreprise étaient d'ailleurs au menu de la rencontre.

Comment gérer efficacement la diversité culturelle en entreprise, autant pour gérer les nouveaux arrivants et nos employés actuels pour qu'il n'y ait pas des inégalités ou que les gens se sentent biaisés face à ça et préparer nos gens parce qu'on le consent, les gens n'ont pas les mêmes façons de travailler, parce qu'on parlait au niveau culturel et aussi au niveau du langage, nos expressions québécoises, les termes qu'on utilise, les façons de parler et de réagir à certaines situations. On n'est pas dans le même milieu, on n'a pas grandi de la même façon, c'est donc de voir c'est quoi la différence et les rendre plus malléables à l'entreprise pour que tout le monde ait une bonne intégration, souligne Sonia Tardif, coordonnatrice de la démarche Défis RH et conseillère au développement des entreprises au CLD Abitibi.

Une deuxième formation

La même formation sera également donnée vendredi au Témiscamingue.

Une formation nécessaire, explique la conseillère en développement des collectivités pour la Société de développement du Témiscamingue (SADCT), Mylène Grenier.

Bien évidemment, pour plusieurs entreprises, c'est un premier contact avec l'immigration. Oui c'est un besoin. Pour les entreprises agricoles, elles sont quand même bien soutenues avec la ferme et l'UPA, mais pour les autres entreprises, peut-être plus manufacturières, c'est vraiment un besoin de formation intéressante sur le territoire, d'autant plus qu'on aura des représentants du MIDI, mais aussi du Service d'accompagnement au recrutement à l'international (SARI). C'est une chance exceptionnelle qu'on a de les rencontrer en personne, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !