•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Un temps d'arrêt » recommandé pour Royalmount

Une maquette du projet.

Photo du projet Royalmount

Photo : Courtoisie : promoteur

Jérôme Labbé

La commission municipale chargée d'étudier les répercussions du projet Royalmount à Montréal recommande « un temps d'arrêt » afin de « redéfinir » ce projet immobilier de 2 milliards de dollars, qui doit voir le jour en 2022 à l'intersection des autoroutes 15 et 40.

C'est un véritable coup de massue qui s'est abattu sur la tête des promoteurs, jeudi, en fin de journée.

Le rapport de la commission, qui compte 15 recommandations, suggère d'entrée de jeu « que la Ville de Montréal et l'agglomération s'assurent que le promoteur du projet Royalmount, Carbonleo, et toutes les parties prenantes s'engagent formellement à prendre un temps d'arrêt pour procéder, sans délai, à une planification intégrée devant permettre la redéfinition du projet actuel, et ce, afin que le profil final puisse offrir une réponse adéquate aux besoins de la population montréalaise ».

Elle propose en outre « qu'en l'absence d'une telle entente négociée, la Ville et l'agglomération utilisent les outils légaux requis pour imposer la suspension du projet dans sa forme actuelle et du développement du secteur Namur/De la Savane ».

La commission, présidée par le conseiller du Mile-End Richard Ryan, recommande « que la Ville et l'agglomération, en collaboration avec les villes de Côte-Saint-Luc et de Mont-Royal, et les arrondissements limitrophes profitent de ce temps d'arrêt pour planifier le développement du secteur Namur/De la Savane, de manière intégrée et durable, en réunissant les différentes parties prenantes (CMM, MTQ, STM, ARTM et tout autre partenaire local concerné) ainsi que les sommités des différentes institutions d'enseignement supérieur montréalaises, notamment dans les domaines de l'économie, de l'habitation, de l'environnement, de la santé publique, du transport et de l'urbanisme ».

Le projet Royalmount, dans sa forme actuelle, manque d'acceptabilité sociale.

Dominic Perri, vice-président de la commission

Le rapport, qui devrait être en ligne vendredi, sera soumis au conseil municipal de Montréal le 25 février, puis au conseil d'agglomération deux jours plus tard. Le comité exécutif devra ensuite y donner une réponse dans un délai de six mois.

Grogne dans les villes liées

Le document, toutefois, ne fait pas que des heureux.

Déjà, les villes défusionnées de l'île de Montréal, regroupées au sein de l'Association des municipalités de banlieue (AMB), ont exprimé leur désaccord envers certaines recommandations, dont... la principale.

L'AMB considère que le recours aux « outils légaux requis pour imposer la suspension du projet dans sa forme actuelle », tel qu'évoqué dans la première recommandation du rapport, est une « attaque frontale aux compétences locales exclusives des villes liées ».

Appelé à réagir à chaud, son directeur exécutif, Vincent Robidas, a rappelé que le projet, tel que présenté par Carbonleo, respectait en tous points le schéma d'aménagement de l'agglomération, et que les certificats de conformité nécessaires à la réalisation des travaux avaient déjà été émis.

La salle du conseil de l'hôtel de ville.

La commission a adopté une série de recommandations sur Royalmount, jeudi, en fin d'après-midi.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

La commission sur le développement économique et urbain et l’habitation compte deux maires de l'AMB en son sein, soit Robert Coutu (Montréal-Est) et Alex Bottausci (Dollard-des-Ormeaux). Les neuf autres membres de la commission sont tous des conseillers de ville et des conseillers d'arrondissement de la ville de Montréal, issus de l'administration comme de l'opposition officielle.

MM. Coutu et Bottausci ont été les seuls à voter contre les recommandations qui ont été adoptées à la majorité par les membres de la commission, jeudi. Ils présenteront un rapport de dissidence au conseil d'agglomération, a fait savoir M. Coutu, qui agit comme vice-président de la commission.

« Évidemment, je suis déçu que ce ne soit pas l'unanimité, comme on avait convenu hier », s'est désolé Richard Ryan, en toute fin de séance. « Mais bon, c'est le jeu de la démocratie. Les gens ont le droit aussi de voter selon leur conscience. »

M. Ryan en commission.

La commission sur le développement économique et urbain et l’habitation est présidée par Richard Ryan.

Photo : Radio-Canada

C'est ainsi que se sont donc terminés les travaux de la commission sur les répercussions du projet Royalmount, qui a reçu plus de 75 mémoires dans le cadre des consultations sur le sujet, entamées au mois de décembre.

« Il est à noter que parmi ceux-ci se retrouvaient une vingtaine de lettres d'appui, essentiellement des plaidoyers en faveur de la réalisation du projet, soumises par des entreprises privées pouvant avoir un intérêt d'affaires dans le développement du projet Royalmount », a toutefois nuancé M. Ryan.

Le promoteur ouvert à certains changements

« Carbonleo entend demeurer ouvert à la bonification du projet et vivement engagé dans la revitalisation du secteur », a fait savoir le promoteur jeudi par communiqué. Pas question, cependant, de suspendre son projet.

« Les échéances sont serrées », a plus tard expliqué son vice-président, Claude Marcotte, lors d'une entrevue avec Radio-Canada. « C'est important. On a des banquiers, on a des partenaires financiers, on a des locataires avec qui on a des ententes, donc il va falloir continuer à travailler. Mais on a trois ans [...] avant l'ouverture, donc on a amplement le temps, à notre avis [...] de prendre en considération les recommandations constructives et faire les modifications [nécessaires] si tous le jugent opportun ».

M. Marcotte, lors d'une mêlée de presse.

Claude Marcotte, vice-président de Carbonleo

Photo : Radio-Canada

Dans sa communication écrite, l'entreprise assure toutefois qu'elle « répond favorablement aux recommandations qui proposent d'intensifier la concertation au cours des prochaines années ».

Carbonleo, écrit-elle, estime qu'un tel exercice « permettra de maximiser les conséquences positives sans nécessiter une remise en question de tout le travail accompli au cours des dernières années ».

Un projet gigantesque

Royalmount prévoit la construction de cinq hôtels, plusieurs tours de bureaux, une centaine de restaurants, environ 200 commerces, un centre de mieux-être haut de gamme, un aquarium, un parc aquatique, un cinéma et deux salles de spectacle qui pourraient être exploitées par evenko et le Cirque du Soleil. Quelque 8000 places de stationnement devraient s'y greffer, « dont un très faible pourcentage sera en surface », plaide Carbonleo.

Une passerelle d'environ 220 mètres serait aussi aménagée au-dessus de l'autoroute 15 pour permettre un lien piétonnier direct avec la station de métro De la Savane, de même qu'une navette électrique et gratuite vers la future gare Mont-Royal du Réseau express métropolitain (REM).

Une carte du futur trajet de la navette.

La navette emprunterait ce faisant la rue Bougainville, l'avenue Plymouth, le chemin Lucerne, l'avenue Glengarry et le boulevard Graham.

Photo : Ville de Mont-Royal

Une composante résidentielle a également été ajoutée au projet, après l'adoption par le conseil municipal de Montréal d'une motion déposée par l'opposition officielle l'été dernier. Dans la version du projet sur laquelle s'est penchée la commission, le promoteur prévoit la construction de 350 à 500 unités d'habitation par année. Un changement de zonage et une modification du schéma d'aménagement seraient toutefois nécessaires, ce qui obligerait ultérieurement l'agglomération de Montréal à se pencher sur ce dossier.

Ce nouveau volet résidentiel, couplé à la construction d'écoles, d'un centre communautaire et d'un parc linéaire de deux kilomètres s'inspirant du « Highline de New York », pourrait toutefois faire exploser les coûts, a prévenu la semaine dernière Carbonleo, évoquant un montant qui oscillerait entre 5 et 6 milliards de dollars.

La réponse de Richard Ryan, jeudi, a été sans équivoque : « Oui, on recommande la notion d'intégration de la composante résidentielle, mais pas à n'importe quel prix », a-t-il prévenu.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a convoqué la presse à 9 h 30 vendredi pour commenter les recommandations de la commission. Le gouvernement Legault est aussi interpellé dans le rapport, mais la ministre responsable de la métropole, Chantal Rouleau, a déjà déclaré qu'elle préférait rester à l'écart du dossier.

Avec la collaboration de Jean-Sébastien Cloutier

Politique municipale

Politique