•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie forestière ontarienne veut développer son potentiel

Des arbres enneigés dans le Nord de l'Ontario.
Le secteur forestier soutient plus de 172 000 emplois directs et indirects en Ontario. Photo: Radio-Canada / Yvon Thériault
Miguel Lachance

L'Association de l'industrie forestière de l'Ontario (AIFO) a présenté cinq recommandations « constructives » au gouvernement de l'Ontario dans le cadre des consultations prébudgétaires ayant pour but d'assurer la prospérité de l'industrie forestière dans la province.

L’AIFO demande le développement d’une stratégie provinciale pour renforcer le secteur forestier, avec une augmentation responsable de la quantité de bois récoltée sur les terres de la Couronne.

L'Association souhaite aussi que le gouvernement maintienne la compétitivité de l’industrie, notamment par l’amélioration du réseau routier.

Nous demandons au gouvernement de reconnaître l’importance d’un investissement public pour des infrastructures routières de la Couronne, à usages multiples, a déclaré Ian Dunn, le directeur de la politique forestière de l’AIFO.

M. Dunn, au nom de l’AIFO, demande aussi la création d’un programme de garanties de prêts commerciaux, entre autres pour contrer les effets des tarifs douaniers américains.

Développement durable

Les deux autres recommandations de L’AIFO concernent de meilleures règles en lien avec la protection de l'environnement, à la fois en lien avec la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition mais aussi sur la mise en place de normes ontariennes pour les émissions de carbone.

Le maire de Hearst, Roger Sigouin explique que l’association souhaite la tenue d’études socio-économiques pour que s’il y a des règlements au niveau des espèces en danger, les communautés soient sauvées, pas seulement l’industrie.

On veut changer, on veut respecter l’environnement, mais on veut être capable de continuer à vivre dans nos communautés qu’on a choisies...

Roger Sigouin, maire de Hearst

Le maire ajoute que lorsqu’il parle des communautés, il inclut les Premières Nations.

Un homme derrière un podium entouré de 4 autres personnes.Le maire de Hearst, Roger Sigouin, entouré de membres de l'Association de l'industrie forestière de l'Ontario Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Au sujet des émissions de carbone, le maire Sigouin croit qu’il est difficile de se faire comprendre par le gouvernement sur les meilleures pratiques à adopter.

J’ai parlé avec des scientifiques du Québec, raconte le M.Sigouin. Ils disent que si on veut aller récupérer le CO2 [dans l’atmosphère], ce n’est pas avec de vieux arbres.

M. Sigouin aimerait que le gouvernement encourage davantage la plantation d’arbres et un meilleur accès aux ressources forestières, dont le bois.

Aujourd’hui, ce ne sont pas des bûcherons qui travaillent dans la forêt, ce sont des fermiers, affirme M. Sigouin. Nous récoltons, nous plantons des arbres et nous prenons soin de l’environnement.

Industrie forestière

Économie