•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 2 M$ pour la technologie dans l'industrie des pêches du Nouveau-Brunswick

L'équipage du crabier Kara-Matt décharge les prises de crabe des neiges.
L'équipage du crabier Kara-Matt décharge les prises de crabe des neiges. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'industrie des pêches du Nouveau-Brunswick veut offrir des produits de très grande qualité, alors que les marchés mondiaux sont de plus en plus exigeants et que la concurrence est féroce.

Le gouvernement fédéral et celui du Nouveau-Brunswick injectent près de deux millions de dollars dans cinq projets qui font place aux nouvelles technologies dans cette industrie, par l'entremise du Fonds des pêches de l'Atlantique.

C'est l'institut de recherche Valores, à Shippagan (appelé auparavant l'Institut de recherche sur les zones côtières), qui reçoit la part du lion, c'est-à-dire près de 1,6 million de dollars. Cet organisme va mettre au point et à l'essai un système de manipulation du crabe pour préserver la qualité du produit.

Il y a déjà quelques années, des propriétaires crabiers ont apporté des améliorations aux bateaux en construisant des « cales d'eau ». L'objectif était de faire en sorte que le crabe, à quai, soit de meilleure qualité et puisse satisfaire, notamment, le marché japonais.

L'initiative qui vient d'être annoncée est un autre pas dans la même direction.

Sid Ahmed Selouani, président du conseil d'administration de l'institut de recherche Valores, à ShippaganSid Ahmed Selouani, président du conseil d'administration de l'institut de recherche Valores, à Shippagan Photo : Radio-Canada / René Landry

Le président du conseil d'administration de l'institut Valores, Sid Ahmed Selouani, est emballé par le projet.

C'est un projet qui va améliorer la sécurité du personnel et aussi la qualité du crabe des neiges dans la mesure où il va y avoir moins de déperditions, moins de déchets, explique-t-il. Le crabe sera touché par un humain une seule fois. On fera l'économie des descentes dans les cales, ce qui va améliorer grandement la sécurité du personnel qui agit au niveau de la manutention du crabe des neiges.

Tout comme monsieur Selouani, le député d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, ne cache pas son enthousiasme.

Le député libéral d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, et le ministre de l'Agriculture, de l'Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick, Ross WetmoreLe député libéral d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, et le ministre de l'Agriculture, de l'Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick, Ross Wetmore Photo : Radio-Canada / René Landry

C'est un projet très innovateur, dit-il. C'est une idée qui a été pondue par plusieurs personnes : Marius Duguay, le centre de recherche (Valores), Cube Automation. C'est incroyable leur projet. On va se démarquer énormément au niveau de la manipulation du produit et de sa qualité sur le marché. L'économie est mondiale maintenant ; on a des ententes avec différents pays. Les consommateurs prêtent de plus en plus attention à ce qu'ils mangent et à la provenance des produits. On peut tirer profit énormément des nouvelles technologies.

Pêcheries APMG Inc., de Caraquet ; Sir Eldon, à Canobie ; Pêcheries LeBreton & Fils, à Grande-Anse ; et l'Association coopérative des pêcheurs de l'Île, à Lamèque, sont les autres entreprises qui vont bénéficier de ce coup de pouce financier des gouvernements pour la mise en œuvre de nouvelles technologies.

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches