•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Northern Pulp : le différend perdure entre la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard

Des manifestants arrivés par bateau passent devant la papetière Northern Pulp.

La papetière Northern Pulp déverse jusqu’à 27 millions de mètres cubes d’eaux usées par année dans Boat Harbour.

Photo : Radio-Canada / CBC / Nic Meloney

François Pierre Dufault

Le différend perdure entre la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard au sujet de la décharge d'effluents de la papetière Northern Pulp. Les premiers ministres des deux provinces ont abordé la question sans toutefois trouver un terrain d'entente lors de la rencontre du Conseil des premiers ministres de l'Atlantique, mercredi à Charlottetown.

La papetière déverse ses effluents depuis plus de 50 ans dans l'estuaire de Boat Harbour, adjacent à la communauté micmaque de Pitctou Landing.

La Nouvelle-Écosse a promis de remettre Boat Harbour dans l’état où l'estuaire se trouvait avant l’arrivée en 1967 de l'usine de pâtes et papiers à Abercrombie. Une loi provinciale ordonne à l'entreprise de cesser d'y déverser ses effluents à compter du 31 janvier 2020.

Pour respecter la loi, Northern Pulp propose de décharger ses 27 millions de mètres cubes d'eaux usées par année dans le détroit de Northumberland, qui sépare les deux provinces.

Les gouvernements de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse ne s'entendent toutefois pas sur l'évaluation environnementale qui est requise pour un tel projet .

Le premier ministre insulaire Wade MacLauchlan s'inquiète des conséquences de cette décharge d'effluents sur la pêche au homard dans le détroit, notamment. Il réclame l'intervention du gouvernement fédéral.

Je crois que la meilleure approche est que l'évaluation environnementale soit faite par le gouvernement fédéral parce que le détroit de Northumberland est géographiquement situé entre deux provinces.

Wade MacLauchlan, premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, affirme que c'est à son gouvernement et non à Ottawa de mener l'étude environnementale. Selon lui, le projet de Northern Pulp est soumis à l'évaluation la plus rigoureuse à l'échelle de sa province.

Je demeure convaincu que c'est notre responsabilité en tant que province de mener l'évaluation environnementale. Le projet est soumis à une évaluation de classe 1. Nous croyons que c'est une évaluation appropriée.

Stephen McNeil, premier ministre de la Nouvelle-Écosse

Ce n'est pas la première fois que Wade MacLauchlan et Stephen McNeil discutent de la décharge d'effluents dans le détroit de Northumberland. En 2017, le premier ministre insulaire a envoyé trois lettres à son homologue néo-écossais lui demandant de confier l'évaluation du projet de Northern Pulp au gouvernement fédéral.

Ottawa n'est pas intervenu dans le dossier jusqu'à présent.

Stephen McNeil et Wade MacLauchlan en décembre 2017 à Halifax.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stephen McNeil et Wade MacLauchlan en décembre 2017 à Halifax.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le différend persiste donc entre les deux provinces séparées par le détroit d'une vingtaine de kilomètres, à un peu plus d'un an de l'échéance du 31 janvier 2020.

Northern Pulp affirme toutefois que le projet a pris du retard et qu'il est peu probable qu'une nouvelle canalisation soit prête à temps pour la date butoir imposée par Halifax. En décembre dernier, l'entreprise a obtenu une injonction temporaire de la Cour pour empêcher des pêcheurs opposés au projet de bloquer le passage des bateaux servant à déterminer le tracé de la conduite.

En ce qui concerne l'échéancier, Stephen McNeil dit qu'il demeure inflexible. Il rappelle que la loi obligeant la papetière à cesser de déverser ses effluents dans l'estuaire de Boat Harbour a été adoptée en 2015. L'entreprise aurait eu amplement le temps d'apporter des changements, selon le premier ministre néo-écossais.

Du même souffle, Stephen McNeil affirme que Northern Pulp est un employeur important dont dépend l'industrie forestière dans toute la Nouvelle-Écosse. Il est important, selon lui, de conjuguer les intérêts de la papetière avec ceux des pêcheurs et des Premières Nations, qui réclament l'assainissement de Boat Harbour, mais qui s'opposent au projet de décharge d'effluents dans le détroit de Northumberland.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale