•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La collision planétaire à l’origine de la Lune source de la vie sur Terre

Alain Labelle

La plupart des éléments essentiels à la vie seraient parvenus sur Terre à la suite de la collision planétaire qui a mené à la création de la Lune il y a plus de 4,4 milliards d'années, affirment des pétrologues américains.

Représentation artistique de la collision entre une protoplanète et la Terre.

Représentation artistique de la collision entre une protoplanète et la Terre.

Photo : Université Rice

Selon la théorie généralement acceptée, le satellite naturel de la Terre serait né à la suite d'une énorme collision entre notre planète et un objet céleste de la taille de Mars, peu après la formation du système solaire. Ce choc aurait arraché une partie de la matière de la Terre qui, plus tard, se serait agglomérée pour former notre satellite.

Le saviez-vous?

La vie sur Terre serait apparue il y a 3,7 à 4,5 milliards d'années. Durant cette période, les continents émergeaient des océans et la planète était constamment bombardée par des météorites, dont certaines auraient aussi pu transporter des éléments nécessaires à la vie.

À l’origine de la vie

Le chercheur américain Rajdeep Dasgupta et ses collègues de l’Université Rice pensent que cet événement cataclysmique est également à l’origine de la présence sur Terre d’une grande quantité de carbone, d’azote et d'autres composés organiques volatils essentiels à l’apparition de la vie.

En fait, ces scientifiques ont voulu vérifier le bien-fondé de l’idée voulant que ces composés soient parvenus sur Terre à la suite d'une collision avec une planète embryonnaire possédant un noyau riche en soufre.

« L’étude de météorites primitifs a montré que la Terre et les autres planètes rocheuses du système solaire interne sont pauvres en composés organiques volatils. Le moment et la manière de leur arrivée sur Terre font toujours l'objet de débats », explique le Pr Dasgupta.

Notre scénario est le premier qui explique la présence de ces composés sur Terre d’une façon compatible avec toutes les preuves géochimiques que nous possédons.

Rajdeep Dasgupta

Un scénario testé en laboratoire

Les preuves ont été recueillies à partir d'une combinaison d'expériences à haute température et à haute pression menées dans le laboratoire du Pr Dasgupta qui se spécialise dans l'étude des réactions géochimiques qui se produisent au cœur d'une planète sous une chaleur et une pression intenses.

Cette étude laisse à penser qu'une planète rocheuse comme la Terre a plus de chances d'acquérir des éléments essentiels à la vie si elle se forme et se développe à partir d'impacts géants avec des planètes qui contiennent différents blocs de construction provenant d’autres régions du disque de matières entourant le Soleil et à l’origine de la formation des planètes.

Rajdeep Dasgupta

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Science Advances (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

En avril dernier, une équipe internationale de scientifiques affirmait qu'une grande partie de l'eau sur la Terre était présente avant la collision cataclysmique entre les deux planètes. La planète aurait ainsi pu être recouverte de lacs, de rivières et d'océans beaucoup plus tôt qu’on ne l'avait estimé jusqu'à ce jour.

Astronomie

Science