•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usage de naloxone fait un bond fulgurant à Thunder Bay

Une dose injectable de naloxone, qui sert d'antidote aux opioïdes
Le naloxone sert d'antidote aux opioïdes Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les ambulanciers de la région de Thunder Bay ont administré cinq fois plus de naloxone en 2018, par rapport à la même période l'année précédente. Selon des données publiées par la santé publique du district de Thunder Bay, ce chiffre est passé de 26 en 2017, à 90 l'an dernier.

À cela s’ajoute le nombre de fois que l’antidote a été administré par quelqu’un d’autre avant l’arrivée des ambulanciers.

Dans ce cas, l’utilisation de la naloxone a fait un bond prodigieux de 12 doses en 2017 à 114 en 2018.

Cela signifie que ces données semblent sous-estimer le nombre réel de fois que la naloxone a été administrée, dit Ryan Ross, un ambulancier.

Le nombre de trousses de naloxone circulant dans la région de Thunder Bay a aussi augmenté de façon importante selon les autorités en santé publique.

Des seringues souillées, sur le sol, près d'un sans-abri qui dort.Le nombre de seringues souillées retrouvées dans les rues d'Ottawa serait en hausse cette année. Photo : Radio-Canada / Estelle Côté-Sroka

En 2017 la plus importante ville du Nord-Ouest ontarien affichait un taux de mortalité par surdose d’opioïdes de 18 personnes sur 100 000 habitants, par rapport à la moyenne provinciale établie à 8,9 pour cent.

Parmi les suggestions pour résoudre le problème des opioïdes, nous demandons à la province de financer un centre de réadaptation et de counselling, conclut M. Ross.

Avec les informations de CBC

Drogues et stupéfiants

Santé