•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump attendra la fin de la paralysie partielle pour donner son discours sur l’état de l’Union

Un homme discute avec des invités.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a participé à une discussion sur des propositions d’immigration avec des leaders conservateurs à la Maison-Blanche, le 23 janvier 2019.

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Reuters

Donald Trump a annoncé mercredi soir qu'il attendrait la fin de la paralysie partielle de l'administration américaine pour prononcer le traditionnel discours sur l'état de l'Union devant les membres du Congrès.

Le président américain doit s'exprimer devant le Congrès le 29 janvier pour cette allocution solennelle annuelle qui est l'occasion de faire un état des lieux de la politique conduite aux États-Unis.

La venue de Trump fait pourtant l'objet d'incertitudes depuis que la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, lui a adressé un courrier le 16 janvier lui suggérant de ne pas se déplacer jusqu'au Congrès pour des raisons de sécurité liées à la paralysie partielle de l'administration américaine.

« Je prononcerai le discours quand la paralysie partielle sera terminée. Je ne veux pas d'un autre lieu pour le discours sur l'état de l'Union, car aucun autre endroit ne peut rivaliser sur le plan de l'histoire, de la tradition et de l'importance avec la Chambre des représentants », a-t-il écrit sur Twitter, ajoutant qu'il avait « hâte de prononcer un "grand" discours sur l'état de l'Union dans un futur proche ».

Dans un courrier rendu public dans l'après-midi, Trump annonçait pourtant qu'il avait l'intention de se rendre au Capitole afin de prononcer son allocution annuelle devant l'ensemble des parlementaires américains réunis en Congrès.

Nancy Pelosi a toutefois poursuivi dans son attitude de fermeté à l'égard de l'hôte de la Maison-Blanche, annonçant dans la journée que ce dernier ne serait pas autorisé à s'exprimer devant le Congrès tant que se poursuivrait la paralysie partielle.

Trump refuse de ratifier des crédits de fonctionnement administratif tant que ne seront pas débloqués 5,7 milliards de dollars pour financer la construction d’un mur à la frontière sud des États-Unis.

Pour que le président américain puisse s'exprimer devant le Congrès, il faut que la Chambre des représentants et le Sénat votent une résolution commune l'invitant à se livrer à cet exercice qui n'a rien d'obligatoire. Pour l'instant, ce texte n'est pas voté.

Donald Trump, président des États-Unis

Politique américaine

International