•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’élèves par classe dans les écoles ontariennes?

Des pupitres dans une classe d'école vide.

La province se demande si limiter le nombre d'élèves par classe est la meilleure solution.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien contemple l'idée de ne plus limiter le nombre d'élèves par classe de la maternelle à la 3e année, par mesure d'économie.

La ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, a lancé mercredi des consultations sur la taille des classes et les méthodes d’embauche des enseignants. Les associations de conseillers scolaires et les syndicats d’enseignants sont invités à y participer.

Il ne peut actuellement y avoir plus de 29 enfants dans une classe de maternelle. Dans un même conseil scolaire, il ne peut y avoir une moyenne de plus de 26 élèves par classe à la maternelle.

Au primaire, le maximum est de 23 élèves. Mais, encore une fois, si l’on fait une moyenne, 90 % des classes doivent avoir un maximum de 20 élèves.

La situation financière de la province nous force à nous demander si, en éliminant la limite du nombre d’élèves par classe, les conseils scolaires pourraient en donner plus à la province pour son argent, peut-on lire dans le document de consultation.

On y précise qu’environ 80 % du financement provincial versé aux conseils sert à payer les enseignants.

Réduire le déficit

Le président de la Fédération des enseignants de l’élémentaire, Sam Hammond, a raconté que les représentants gouvernementaux avaient clairement dit lors d’une réunion, mercredi, qu’ils voulaient réduire le déficit.

Cela veut dire qu’ils devront faire des choix difficiles et que ces décisions auront un impact sur le financement de l’éducation, a-t-il déclaré. M. Hammond estime que passer d’un nombre limite d’élèves par classe à un système de moyenne serait un désastre.

Il pense que la rencontre de consultation de mercredi donnait un avant-goût du budget provincial et des négociations contractuelles des enseignants qui doivent s’amorcer cette année. Leur convention collective arrive à échéance en août.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Éducation