•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada, pays qui a accueilli le plus de réfugiés en 2018

Une jeune réfugiée syrienne regarde un petit drapeau du Canada.
Cette jeune réfugiée syrienne fait partie des dizaines de milliers de réfugiés syriens qui sont arrivés au Canada depuis 2015. Photo: Reuters/Mark Blinch
Radio-Canada

Le Canada est le pays qui a accueilli le plus de réfugiés en 2018 parmi tous les réfugiés qui ont été réinstallés dans des pays sûrs, une première depuis 72 ans, selon une étude de l'Université de Calgary.

Le Canada a ainsi ouvert ses portes à 30 000 réfugiés l'année dernière, deux fois plus qu'en 2009.

Contrairement aux demandeurs d'asile qui déposent leur demande dès qu’ils arrivent au Canada, les réfugiés sont sélectionnés par le Haut-Commissariat des Nations unies avant même de fouler le sol du pays.

Selon l'auteur de l'étude, Robert Falconer, les politiques américaines ont eu un impact sur la montée du Canada dans le classement des pays accueillant le plus de réfugiés.

Si le Canada a vu son nombre de réfugiés augmenter, c’est à cause d’une diminution aux États-Unis.

Robert Falconer, auteur de l’étude, École des politiques publiques, Université de Calgary

Traditionnellement, le Canada reçoit environ 13 % des réfugiés réinstallés venus de toute la planète, et les États-Unis, de 65 % à 70 %. L’année dernière, les Canadiens ont accueilli 30 % des réfugiés qui ont été réinstallés, tandis que les Américains en ont reçu 24 %.

D'après Robert Falconer, cela représente pour les États-Unis quatre fois moins de réfugiés depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump. Le chercheur s’attend à voir cette diminution s'accroître à l'avenir.

Qu'est-ce qu'un réfugié?

Les réfugiés se trouvent hors de leur pays d’origine en raison d’une crainte de persécution, de conflit, de violence ou d’autres circonstances qui ont gravement bouleversé l’ordre public et qui, en conséquence, exigent une « protection internationale ».

Source : Organisation des Nations unies

Plus de pression sur les organismes

Des organismes comme Calgary Catholic Immigration Society qui accompagnent les nouveaux arrivants disent commencer à en avoir beaucoup sur les épaules avec le nombre croissant de réfugiés au Canada.

« Nous ne sommes pas bien préparés à une hausse du nombre de réfugiés », pense Fariborz Birjandian, directeur général de Calgary Catholic Immigration Society. Selon lui, il faudrait doubler le nombre d'employés de première ligne pour être en mesure de tous bien les accueillir.

Plusieurs organismes, dont le sien, espèrent donc que les gouvernements augmenteront les budgets destinés à l'accueil des réfugiés.

Avec les informations d’Audrey Neveu

Politique internationale

Politique