•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Modification d'un projet de loi qui aurait menacé la ceinture de verdure

Une enseigne au bord d'une route dans une zone boisée.

Les opposants s'inquiétaient du risque de développement dans la ceinture de verdure.

Photo : The Greenbelt Foundation

Radio-Canada

Le gouvernement Ford renonce à des dispositions d'un projet de loi qui auraient pu mener à du développement industriel dans une zone protégée autour de Toronto et de sa banlieue et dans le Niagara.

La ceinture de verdure, qui a été établie en 2015, comprend des espaces verts, des forêts et des terres agricoles.

Le ministre des Affaires municipales, Steve Clark, a annoncé mercredi par des messages sur son compte Twitter que la province retirait une partie du projet de loi 66, la Loi de 2018 visant à rétablir la compétitivité de l’Ontario.

Les dispositions en question auraient permis aux municipalités de demander à la province de se soustraire à certaines lois, par exemple si elles tentaient d’attirer une grosse entreprise génératrice d’emplois dans la région. Elles ne se seraient appliquées qu’aux zones industrielles.

Le ministre Clark a assuré que les changements ne se seraient pas faits aux dépens de la ceinture de verdure ou d’autres priorités comme la qualité de l’eau, la santé publique ou la sécurité.

Il a expliqué, toutefois, que le gouvernement avait été réceptif aux inquiétudes exprimées par les députés, les municipalités et autres parties en cause et qu’il n’allait donc pas faire adopter cette section de la loi lors du retour en Chambre en février.

Le porte-parole du NPD sur les questions climatiques, Peter Tabuns, estime que la loi aurait permis aux promoteurs de transformer la ceinture de verdure en gruyère.

La collaboration entre divers groupes et individus, incluant les municipalités, les environnementalistes, les organisations agricoles et l’opposition officielle, a permis d’empêcher Doug Ford de s’en prendre à la ceinture de verdure, a-t-il déclaré.

Au printemps, Doug Ford avait dit qu'il permettrait la construction domiciliaire dans certaines sections de la ceinture de verdure. Il avait toutefois changé d’idée rapidement en raison des critiques.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale