•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les francophones rappellent leur importance à l’économie ontarienne

Carol Jolin répond aux questions d'un journaliste.
Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les institutions et les organisations francophones de l'Ontario ont profité des consultations prébudgétaires pour faire valoir leur importance au sein de l'économie de la province, mercredi.

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) a présenté la francophonie comme un partenaire en matière de développement économique. Selon l’AFO, la présence de gens d’affaires francophones dans la province constitue une valeur ajoutée aux opportunités qu'offre la province la plus populeuse au pays.

Nos gens d'affaires bilingues ont peu d'occasions de faire des affaires, et comme on ne veut pas dépendre autant des Américains, avec ce qui se passe aux États-Unis, c'est officiel que le marché européen et le marché africain offrent beaucoup de possibilités, a affirmé le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin.

On veut que le gouvernement exploite le potentiel économique de nos gens d'affaires bilingues.

Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

Pour sa part, l'Hôpital Montfort a réclamé des fonds pour l'aider à remplir sa mission relativement aux services de santé en français dans la province.

L'argument, évidemment, c'est que ça va permettre aux familles et aux patients d'avoir un accès plus direct [aux services] dans leur communauté avec une diminution de frais de déplacement et d'inquiétudes, a affirmé Bernard Leduc, président-directeur général de l’Hôpital Montfort.

Bernard Leduc répond aux questions d'un journaliste. Le président-directeur général de l'Hôpital Montfort, Bernard Leduc. Photo : Radio-Canada

Ces fonds additionnels permettront aussi de réduire l'engorgement des services à l'urgence, selon lui.

De son côté, l'Alliance culturelle de l'Ontario a notamment réclamé le maintien des budgets du Conseil des arts et de la Fondation Trillium dans le prochain budget du gouvernement Ford.

Ce dernier, toutefois, est en quête d'idées pour réaliser ses principaux engagements électoraux, c'est-à-dire réduire la bureaucratie et remettre de l'argent dans les poches des contribuables, ce qui pourrait freiner les efforts de ces organismes.

Université de l'Ontario français

Par ailleurs, le député progressiste-conservateur de la circonscription d’Ottawa-Ouest–Nepean, Jeremy Roberts, a réitéré la position du gouvernement sur le financement de l'Université de l'Ontario français.

La fin de non-recevoir est maintenue, du moins jusqu'à ce que les finances publiques soient assainies.

Je veux voir qu'on a la chance d'améliorer notre situation fiscale. Une fois que ce sera accompli, je serai le premier à être un champion pour une université francophone, a soutenu le député.

Avec les informations de Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Francophonie