•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel recours pour une cliente expulsée du Dagobert à -20 °C?

La devanture du bar Chez Dagobert
Chez Dagobert Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Une jeune femme qui a subi des engelures après avoir été expulsée du bar Le Dagobert par un froid glacial envisage de poursuivre l'établissement. Elle pourrait toutefois avoir du mal à obtenir gain de cause en justice, selon un avocat consulté par Radio-Canada.

Catherine Jalbert, 21 ans, et une de ses amies ont été expulsées du Dagobert dans la nuit de vendredi à samedi après avoir été impliquées dans une bagarre avec une autre cliente.

La jeune femme raconte être restée pieds nus à l’extérieur pendant près de 30 minutes. Elle dit avoir perdu ses chaussures, des ballerines, au cours de l’altercation. Elle souffre d’importantes brûlures aux pieds.

Catherine Jalbert souffre d’importantes brûlures aux pieds.Catherine Jalbert souffre d’importantes brûlures aux pieds. Photo : Melodie Jalbert

Catherine Jalbert estime que les portiers du Dagobert auraient dû agir autrement en raison du temps glacial à l’extérieur.

« Peu importe dans quel état la personne est, je pense qu’il y a d'autres moyens que de s'en débarrasser en la mettant dehors, en la mettant dans la rue », affirme-t-elle en entrevue à Radio-Canada.

Lorsque Catherine et son amie ont été expulsées du bar, vers 2 h samedi, le mercure indiquait -20 °C à Québec. L’indice de refroidissement éolien était inférieur à -30.

Je pense qu'à la température qu'il faisait, ils auraient clairement pu faire autre chose.

Catherine Jalbert
Catherine JalbertCatherine Jalbert Photo : Radio-Canada

Le Dagobert se défend

La direction du Dagobert affirme n’avoir rien à se reprocher. Elle reconnaît que Catherine Jalbert ne portait pas ses souliers ni son manteau au moment de l’expulsion.

La copropriétaire de l’établissement Marie-Christine Laberge dit toutefois qu’un agent de sécurité s’en est rapidement aperçu et lui a permis de s’abriter à l’intérieur du portique, le temps qu’un employé aille chercher ses vêtements.

« On lui a tout de suite ouvert la porte et elle est rentrée à l’intérieur. Ici, on parle de 6 à 8 secondes où elle est restée à l’extérieur », relate Mme Laberge, qui a visionné les événements à l’aide des images filmées par les caméras de sécurité.

Toujours selon la copropriétaire, les deux jeunes femmes, maintenant à l’intérieur du portique, ont été expulsées une deuxième fois. À ce moment-là, Mme Jalbert n’avait pas encore repris ses chaussures.

« L’agent de sécurité lui a remis une deuxième fois ses chaussures et, à la fin de la vidéo, on voit même qu’elle les prend », soutient Marie-Christine Laberge.

Elle a été expulsée avec son manteau, ses chaussures, et avec une amie qui était sobre.

Marie-Christine Laberge, copropriétaire, Le Dagobert

Matière à poursuite?

Catherine Jalbert a subi d’importantes brûlures aux pieds provoquées par le froid. Elle en a pour au moins deux à trois semaines à se déplacer en fauteuil roulant. Elle réfléchit à la possibilité d’intenter une poursuite contre Le Dagobert.

« Il y a des grandes chances qu'il y ait poursuite, mais je ne suis pas certaine. J’ai besoin de consulter encore », explique la jeune femme.

Selon l’avocat Rénald Beaudry, cette histoire présente de nombreuses zones grises. Il est loin d’être convaincu que Catherine Jalbert obtienne du succès si elle décide de s’adresser aux tribunaux.

Interrogations

Me Beaudry s’interroge notamment sur les raisons pour lesquelles la plaignante est demeurée 30 minutes à l’extérieur, sans chercher à se mettre à l’abri dans un des nombreux commerces situés à proximité qui étaient encore ouverts.

« À partir du moment où on expulse quelqu'un et surtout quand la personne est venue chercher son manteau et ses souliers, bien on peut présumer qu'elle est capable, soit de partir en taxi, soit d'aller dans un autre commerce qui est à côté », souligne l’avocat.

Il s’interroge également sur le rôle joué par l’amie de Catherine Jalbert : « Si son amie l'a laissée seule sur le bord du chemin, elle serait à tout le moins aussi "irresponsable" que les gens du Dagobert. Alors, il faut regarder c'est quoi son rôle dans tout ça. »

Avec les informations de Yannick Bergeron

Québec

Justice et faits divers