•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme est accusée d'avoir agi comme « passeur » au chemin Roxham

Un groupe de migrants traverse la frontière canado-américaine de façon irrégulière sur le chemin Roxham.

Les accusations font suite à une enquête de l'Agence, selon laquelle Mme Opaleye aurait organisé l'entrée de « plusieurs individus » et aurait fait partie d'un réseau qui orchestrait ces passages.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

La Presse canadienne

L'Agence des services frontaliers du Canada a porté des accusations contre une femme soupçonnée d'avoir organisé le passage illégal d'immigrants irréguliers au Canada par le chemin Roxham, en Montérégie.

La suspecte, Olayinka Celestina Opaleye, a été mise en accusation mercredi au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Elle a été accusée – en vertu de l'article 117 de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés – d'avoir organisé l'entrée illégale au Canada de demandeurs d'asile en échange d'une compensation financière.

Les accusations font suite à une enquête de l'Agence, selon laquelle Mme Opaleye aurait organisé l'entrée de « plusieurs individus » et aurait fait partie d'un réseau qui orchestrait ces passages.

Selon les données du gouvernement fédéral, il y a eu 19 419 passages irréguliers de la frontière canadienne en 2018, dont plus de 18 500 par le chemin Roxham.

Il s'agissait d'une légère baisse par rapport à 2017, alors que l'on avait enregistré 20 593 de ces passages illégaux, avec une pointe survenue en juillet de cette année-là.

Bien que de telles démarches judiciaires soient rarement publicisées, le porte-parole de l'Agence des services frontaliers, Dominique McNeely, a indiqué qu'il ne s'agissait pas de la première fois que de telles accusations étaient portées contre des personnes s'étant livrées à ce genre d'activité au chemin Roxham.

L'infraction et ses conséquences ne sont pas banales : la loi prévoit qu'une personne reconnue coupable d'avoir contrevenu à l'article 117 est passible d'une amende pouvant atteindre un million de dollars et d'une peine maximale d'emprisonnement à perpétuité lorsque plus de 10 personnes sont concernées, ce qui serait le cas dans ce dossier.

L'accusée reviendra devant la Cour le 27 mars.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Immigration

Justice et faits divers