•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les progressistes-conservateurs essuient un premier revers en Chambre

Le bâtiment de l'Assemblée législative vue de l'extérieur, de soir.
L'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, à Fredericton. Photo: Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Le gouvernement progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick n'est pas parvenu à obtenir une majorité pour son important projet de loi sur la transparence et la responsabilité financière. Les libéraux, les verts et l'Alliance des gens s'y sont opposés en Chambre mercredi.

Les trois partis d'opposition, soit le Parti libéral, le Parti vert et même l'Alliance des gens, s'opposent au projet de loi progressiste-conservateur sur la transparence et la responsabilité fiscale.

Des amendements au projet de loi ont été présentés en comité de l'Assemblée législative. Le gouvernement se trouvait devant la possibilité de voir son projet de loi complètement transformé.

Devant la grogne, le Parti progressiste-conservateur a décidé de mettre fin aux débats, et ce, indéfiniment.

La réalité d’un gouvernement minoritaire

C'est une toute nouvelle réalité, concède le ministre des Finances, Ernie Steeves. Cette réalité, c'est celle d'un gouvernement minoritaire.

Nous allons apprendre de cela. Nous devons trouver comment faire, mais nous travaillerons en collaboration avec les autres partis.

Ernie Steeves, ministre des Finances du Nouveau-Brunswick
Ernie Steeves donne une conférence de presseLe ministre des Finances, Ernie Steeves, devra consulter les partis d'opposition pour faire adopter son projet de loi (archives). Photo : Radio-Canada

Le rejet des autres partis

Chaque parti d’opposition avait ses propres raisons pour rejeter le projet de loi proposé par le gouvernement progressiste-conservateur.

Du côté du Parti vert, on rejette l’idée d’inscrire dans la loi l’objectif de réduire de 125 millions de dollars le déficit, puis ensuite la dette, année après année. Il n’est pas possible d’avancer, pas du tout, a lancé le chef du Parti vert, David Coon.

David Coon, le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, en Chambre.David Coon, le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, a rejeté le projet de loi. Photo : Radio-Canada

Les libéraux déplorent quant à eux l’interruption des débats : Les débats doivent se faire à l’Assemblée législative, au sein du comité, a déclaré le député libéral Andrew Harvey.

Le rejet de l'Alliance des gens est plus surprenant, puisque le parti de Kris Austin avait offert son soutien aux progressistes-conservateurs pour une période de 18 mois.

Situation minoritaire oblige, le ministre des Finances doit maintenant consulter les partis d'oppositions, question d'obtenir suffisamment d'appuis pour son projet de loi.

Il semble toutefois clair que le gouvernement devra mettre de l'eau dans son vin, et que le projet de loi initial ne pourra pas être adopté tel quel.

D’après un reportage de Michel Corriveau

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale