•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chasseurs insatisfaits de l'assouplissement de la loi sur les armes à feu

Des armes de chasse disposées en rangées et à la verticale dans une boutique de chasse et pêche.

Les modifications apportées à la Loi sur l'immatriculation des armes à feu ne changeront rien à la date limite d'enregistrement des armes.

Photo : Radio-Canada

Marie-Jeanne Dubreuil

Les amateurs de chasse ne sont pas satisfaits des assouplissements à la Loi sur l'immatriculation des armes à feu annoncé par le gouvernement Legault mercredi. Si plusieurs organisations, dont la Sûreté du Québec et la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec, ont bien accueilli la nouvelle, les chasseurs de la Côte-Nord ne cachent pas leur frustration.

C’est juste du maudit niaisage! lance Denis Lavoie, chasseur de Sept-Îles. Selon lui, les modifications annoncées par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, n’apporteront rien d’autre que des dépenses inutiles.

Ces modifications portent sur trois aspects : l’implantation d’un numéro d’immatriculation unique, le prolongement de la durée permise pour changer temporairement le lieu où est conservée une arme et la mesure de la longueur du canon, qui ne serait plus prise en compte lors de l’enregistrement.

C’est quoi la différence entre enregistrer mon canon de 32 pouces ou pas? J’ai déjà une carte de possession et acquisition d’armes à feu. La police sait que j’ai des armes à feu chez moi, s’indigne M. Lavoie. Il croit que la véritable solution est d’abolir le registre des armes à feu.

Arrêtez de faire des sondages à Montréal et Québec, où ils n'ont jamais vu une carabine de leur vie. Venez dans les places où il y a beaucoup de chasseurs, vous allez voir!

Denis Lavoie, chasseur

Son avis est partagé par plusieurs autres chasseurs. Pour protester, certains d’entre eux refusent toujours d’enregistrer leurs armes, malgré les modifications à la Loi. C’est de l’argent gaspillé, dit le chasseur Guy Gonthier.

Les fédérations soulagées

La Fédération des chasseurs et pêcheurs de la Côte-Nord est plus nuancée sur la question. Même si sa direction croit également que l’idéal serait l’abolition du registre des armes à feu, elle se dit tout de même satisfaite de l’écoute du gouvernement Legault.

En adoucissant ces trois points-là, c’est moins pire. On voyait que le chasseur qui sortait de chez lui plus de 15 jours avec son arme à feu était soumis à un réenregistrement. Ça créait de gros problèmes.

Marius Murray, trésorier de la Fédération des chasseurs et pêcheurs de la Côte-Nord

M. Murray, qui est également moniteur de tir, déconseille aux membres de la Fédération de contrevenir à la loi en omettant de s’enregistrer. On peut ne pas être d’accord, mais il faut respecter la loi, conclut-il.

Les chasseurs et tireurs sportifs doivent immatriculer leurs armes d'ici le 29 janvier, sans quoi ils s'exposent à des amendes de 500 à 5000 $.

Côte-Nord

Armes à feu