•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mine Casa Berardi souhaite faire connaître davantage ses activités

Six femmes et un homme sourient à la caméra.
Le nouveau comité de liaison pour la mine Casa Berardi, d'Hécla Québec Photo: gracieuseté
Lise Millette

Afin de son conformer à la Loi sur les mines, qui exige des entreprises minières des mécanismes d'implication de la communauté, la mine Casa Berardi souhaite mieux impliquer les citoyens et les organismes du milieu. Un comité de liaison de huit personnes a été mis sur pied et s'est rencontré une première fois mardi.

La coordonnatrice aux communications et relations avec les partenaires, Véronique Fortier, mentionne que l'éloignement des activités de la minière explique en partie ce besoin de rapprochement.

C'est la proximité avec le milieu que l'on souhaite augmenter, puisque nos opérations sont à 100 kilomètres au nord de La Sarre. On est un peu incognito en ce qui a trait à la population. Nous souhaitons faire connaître nos activités minières, nos activités avec le milieu et le comité de liaison va un peu servir à ça, a précisé Mme Fortier.

La mine caresse aussi différents projets de développement et devra éventuellement tenir des consultations, d'où l'importance de mettre en place ce qu'elle considère comme un canal de communication avec le milieu.

Ce comité pourrait également permettre d'aborder certains enjeux, notamment liés à l'emploi.

C'est très divers, mais oui effectivement le besoin de main-d'oeuvre et il y a toujours aussi des projets de développement pour assurer la pérennité et avec la Loi sur les mines, les entreprises minières se doivent d'avoir des comités de liaison pour consulter le milieu, alors ça fait partie de la démarche, ajoute Mme Fortier.

Abitibi–Témiscamingue

Industrie minière