•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La directrice de Pride Toronto ne compte pas démissionner

Photo d'une femme noire aux cheveux longs à l'extérieur d'un édifice
La directrice générale de Pride Toronto, Olivia Nuamah Photo: CBC/Martin Trainor

La directrice de Pride Toronto, Olivia Nuamah, ne compte pas démissionner, même si les membres de l'organisation ont rejeté son plan de permettre aux policiers en uniforme de prendre part au défilé de la fierté gaie cet été.

Par une mince majorité, les membres de Pride Toronto ont choisi, lors d'une réunion extraordinaire mardi soir, de bannir pour une troisième année consécutive les policiers du défilé.

C'est un revers pour Mme Nuamah et les autres dirigeants de l'organisation qui avaient annoncé en octobre dernier que les agents en uniforme seraient les bienvenues cette fois-ci.

Pour l'opposante Beverly Bain, les résultats du vote de mardi soir montrent que les membres de Pride Toronto ont perdu confiance en leur directrice.

Mme Nuamah, elle, nie avoir mal géré la question.

Je pense que le conseil d'administration et moi avons fait ce qui était nécessaire pour établir un plan permettant à la police de participer à nouveau [au défilé], tout en permettant à l'organisation de continuer à fonctionner.

Olivia Nuamah, directrice de Pride Toronto

La dette

Pride Toronto admet souffrir d'un problème d'endettement croissant.

Mme Nuamah explique qu'elle voulait régler la question de la participation des policiers, parce que les discussions continuelles à ce sujet accaparaient beaucoup de ressources. Néanmoins, elle dit accepter l'issue du vote des membres de l'organisation.

Nombre des opposants à la participation de la police au défilé affirment qu'ils n'ont toujours pas confiance dans le service de police, accusant ses enquêteurs de ne pas avoir pris au sérieux la disparition d'une série d'hommes du quartier gai. Le présumé tueur en série Bruce McArthur a été accusé depuis des meurtres de huit hommes.

Notre festival n'est pas un événement de relations publiques pour dire aux Torontois que tout va bien. C'est notre moment pour célébrer nos luttes et notre fierté, affirme le résident Tim McCaskell.

Tentative de « manipulation »

Mme Bain se demande pourquoi Pride Toronto a approuvé l'adhésion de dizaines de nouveaux membres dans les jours précédant le vote de mardi soir. Elle accuse le conseil d'administration d'avoir tenté de truquer les résultats en sa faveur.

Le processus n'était pas démocratique. Il y a eu manipulation, clame-t-elle, soutenant que les résultats du vote n'auraient pas dû être si serrés.

Mme Nuamah rejette ces allégations, expliquant que ces 244 demandes d'adhésion suivaient le processus d'approbation normal depuis un certain temps, mais que Pride Toronto a voulu s'assurer que ces nouveaux membres puissent voter, mardi.

Le maire se prononce

Le maire de Toronto, John Tory, s'est dit profondément déçu du résultat du vote.

Je crois fermement que les policiers devraient marcher en uniforme à Pride.

John Tory

Le chef de police Mark Saunders, le gouvernement fédéral, la directrice générale de Pride et moi-même avons tous démontré à de nombreuses reprises notre bonne volonté de vouloir faire avancer ce dossier, ajoute le maire de Toronto.

Il lance la balle dans la cour des organisateurs de Pride Toronto.

Je ne suis pas prêt à accepter le résultat de ce vote. Je demande aux organisateurs de Pride Toronto de trouver une résolution au cours des prochaines semaines, lance-t-il.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Homosexualité