•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Qajaq, nouveau traversier norvégien entre Terre-Neuve et Blanc-Sablon

Un bateau à deux étages.

Le Qajaq W est un bateau construit en Norvège en 2010 qui se nommait auparavant le MV Grete.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Un nouveau traversier, récemment arrivé de Norvège, s'apprête à effectuer cette semaine sa première liaison entre St. Barbe, sur l'île de Terre-Neuve, et Blanc-Sablon, à la frontière du Labrador et du Québec.

Le Qajaq W, un navire norvégien construit en 2010 et remis à neuf, est le nouveau traversier exploité par Labrador Marine, une filiale du groupe Woodward.

« Qajaq » est la graphie du mot « kayak » en inuktitut. Le mot se prononce exactement comme « kayak » en français. En Norvège, le même navire était appelé Muhumaa, puis Grete.

Le traversier Grete en Europe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le navire Grete a été remis à neuf et s'appelle maintenant Qajaq.

Photo : ShipSpotting.com

C’est un traversier beaucoup plus jeune, et remis à neuf, qui remplace l’Apollo, son prédécesseur âgé de 49 ans. L’Apollo effectuait la traversée du détroit de Belle Isle depuis 2000 et était régulièrement paralysé par les glaces.

Sans être techniquement un brise-glace, le Qajaq est doté d'équipement de brise-glace permettant de naviguer dans une banquise de 80 cm d'épaisseur.

Il a été conçu par des Norvégiens, pour la glace, souligne Peter Woodward, le président du groupe Woodward.

Le Qajaq, qui fait 98 m de long, est aussi plus petit que son prédécesseur. Il doit consommer deux fois moins de carburant.

Alors que l’Apollo avait une capacité de 1500 passagers, il contenait plusieurs cabines qui n’ont jamais été utilisées au Canada, et transportait rarement plus de 300 personnes à la fois. Le Qajaq peut accueillir 600 personnes.

Menu d'un café avec les prix en euros.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À bord du Qajaq, le menu affiche toujours des prix en euros.

Photo : Radio-Canada / CBC / Katie Breen

Le navire a été redécoré. Les tapis et banquettes ont été remplacés, le plancher a été refait, et le bateau, entièrement repeint.

Lors d’une visite du navire plus tôt ce mois-ci, on remarquait cependant des traces de son passé scandinave. Les prix du menu de la cafétéria par exemple, étaient toujours en euros, et les prises de courant européennes n’avaient pas été mises aux normes nord-américaines.

Prises de courant européennes à bord du navire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À bord du Qajaq, les prises électriques n'avaient toujours pas été adaptées aux standards nord-américains.

Photo : Radio-Canada / CBC / Mark Cumby

L’Apollo vendu au Québec

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a accordé un contrat de 362 millions de dollars au groupe Woodward, une entreprise du Labrador, pour exploiter des traversiers. Le groupe s’est porté acquéreur de trois navires. Le contrat pour le service de traversier entre St. Barbe et Blanc-Sablon est de 11,9 millions de dollars par année pendant 12 ans.

Peter Woodward, président du groupe Woodward, n’a pas dévoilé le montant qu'a coûté le navire, maintenant appelé Qajaq. C’est beaucoup d’argent. C’est le plus gros investissement que nous ayons fait, a-t-il dit en septembre.

Le navire Apollo au quai de Blanc-Sablon. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le navire Apollo au quai de Blanc-Sablon

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement provincial ignore aussi combien la compagnie a payé ces navires, puisqu’il s’agit de renseignements commerciaux protégés que l'entreprise n’a pas divulgués.

L’ancien traversier de Terre-Neuve-et-Labrador, l’Apollo, a été vendu pour 2,1 millions de dollars à la Société des traversiers du Québec et effectuera la liaison entre Matane et la Côte-Nord.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Transports