•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La caverne de Saint-Léonard présente-t-elle un danger?

Le reportage de Dominique Forget.
Dominique Forget

En 2017, des spéléologues ont trouvé une caverne sous l'arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. La beauté des lieux est saisissante, mais la découverte a soulevé des craintes chez les résidents.

Les nouvelles galeries découvertes par les spéléologues Daniel Caron et Luc Le Blanc sont le prolongement d’une cavité déjà connue, située sous le parc Pie-XII. Cette petite caverne, qui s’étire sur 35 mètres, est fréquentée par les amateurs de spéléologie depuis 1979.

Or, un petit groupe a toujours été convaincu que la caverne s’étendait au-delà de la partie connue.

Une découverte exceptionnelle

En 2017, après plusieurs essais infructueux, Daniel Caron et Luc Le Blanc ouvrent un passage. Ils aboutissent dans une magnifique galerie d’une soixantaine de mètres. De petites stalactites ornent le plafond et de belles coulées blanches décorent les parois.

Naviguez dans cette vidéo à 180 degrés à l'aide de votre curseur pour tout voir. Sur mobile, suivez ce lien. (Nouvelle fenêtre)

Une seconde surprise les attend. À l’extrémité de la cavité qu’ils viennent de découvrir, il y a un passage près du plafond. Ils s’y glissent et aboutissent sur un petit balcon d’où ils surplombent une seconde galerie. Elle baigne dans des eaux cristallines.

« Avoir une caverne sous une ville, aussi belle, qui est déjà utilisée à des fins éducatives et qui subitement devient dix fois plus grande qu'autrefois, c'est assez phénoménal », souligne Luc Le Blanc.

Ces galeries auraient été créées par le passage des glaciers sur Montréal, il y a environ 13 000 ans.

On voit M. Caron dans un kayak, muni d'une lampe, qui explore la caverne de Saint-Léonard.Le spéléologue Daniel Caron en pleine exploration Photo : Radio-Canada

Inquiétudes chez les résidents

La découverte a ravi les spéléologues, mais elle a soulevé des inquiétudes chez les résidents du quartier. Leurs maisons sont-elles en sécurité?

La Ville a mandaté le géomorphologue Jacques Schroeder, professeur à l’Université du Québec à Montréal, pour cartographier la caverne. En collaboration avec les spéléologues Daniel Caron et Luc Le Blanc, il a effectué des mesures entre les parois.

L’équipe a ensuite installé des balises émettrices dans la cavité. Elles émettent un signal radio, qu’on peut détecter à la surface. C’est ce qui permet de valider, dans le quartier, la cartographie réalisée sous terre. On peut savoir, très précisément, par où passe la caverne.

Les résultats ont été dévoilés aux résidents de l’arrondissement de Saint-Léonard, le 22 janvier dernier. La caverne démarre sous le parc Pie-XII, passe sous le boulevard Lavoisier, puis s’étire sous deux pâtés de maisons.

Carte montrant l'emplacement de la caverne de Saint-Léonard.La caverne s'étire sur environ 250 mètres, sous le parc Pie-XII et les rues avoisinantes. Photo : Radio-Canada

Elle s’étend sur environ 250 mètres, après quoi elle s’enfonce dans l’eau. On ne sait pas où elle se termine.

Le rapport est toutefois rassurant. Quel que soit l’endroit, l’épaisseur de la voûte au-dessus de la caverne fait au minimum 6 mètres, dont la partie la plus basse est du calcaire massif.

« On est dans une situation tout à fait sécuritaire », conclut Jacques Schroeder.

Naviguez dans cette vidéo à 180 degrés à l'aide de votre curseur pour tout voir. Sur mobile, suivez ce lien (Nouvelle fenêtre).

Une deuxième caverne

La caverne qui débute sous le parc Pie-XII n’est pas la seule à se profiler sous le territoire. Une autre caverne, connue depuis 1982, est située dans le même axe, quelques centaines de mètres plus au nord.

Son entrée est cachée sous une plaque d’égout, sur la rue du Saguenay. Elle n’est pas ouverte au public.

L’arrondissement de Saint-Léonard a demandé à Jacques Schroeder de retourner l’inspecter, 30 ans après sa dernière visite.

Le rapport du géomorphologue indique que les parois et la voûte sont restées rigoureusement stables. La caverne de la rue du Saguenay ne menace pas, elle non plus, la sécurité des maisons.

Les spéléologues Daniel Caron et Luc Le Blanc comptent quant à eux poursuivre leur aventure. Entre la galerie qu’ils viennent de découvrir et la caverne de la rue du Saguenay, il est possible qu’il existe une autre galerie, encore inexplorée.

Le reportage de Dominique Forget et de Louis Faure a été diffusé à l’émission Découverte, à ICI Radio-Canada Télé.

Grand Montréal

Science