•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation de syndiqués contre la fermeture de l'usine de GM à Oshawa

Photo d'hommes à l'extérieur dans la neige tenant une banderole où on peut lire : « GM a trahi les contribuables canadiens ».
Des travailleurs accusent GM de « trahir » les contribuables canadiens qui avaient aidé le constructeur financièrement durant la récession de 2008. Photo: Radio-Canada / Camille Feireisen
Radio-Canada

Des dizaines de travailleurs bloquent depuis ce matin l'entrée du siège social canadien de General Motors, à Oshawa, en guise de protestation contre la fermeture prévue de l'usine de GM dans la localité située en banlieue de Toronto.

Le constructeur a annoncé en novembre dernier qu'il n'aurait aucun nouveau modèle à assembler à Oshawa à partir de la fin de 2019.

La manifestation devant le siège social de GM ne perturbe pas la production à l'usine locale de la compagnie.

GM Canada qualifie la manifestation d'illégale, étant donné que les protestataires, qui sont sur place depuis 6 h, empêchent notamment de tierces parties d'avoir accès à son siège social.

De son côté, le président de la section locale du syndicat Unifor, Colin James, affirme que les manifestants demeureront sur place aussi longtemps qu'il le faut.

On essaie d'envoyer un message à GM. Leur décision n'est pas défendable. Notre usine a même reçu des prix d'excellence.

Colin James, président de la section 222 d'Unifor

Le syndicat s'attaque à GM

Le président national du syndicat Unifor, Jerry Dias, accuse GM de cupidité et de manque de loyauté à l'endroit des travailleurs de l'auto et des acheteurs de véhicules du Canada ainsi que des contribuables canadiens, qui avaient aidé la compagnie à éviter la faillite lors de la récession de 2008.

Les travailleurs canadiens ne pardonneront pas à GM la fermeture de l'usine d'assemblage d'Oshawa, une décision qui serait dévastatrice pour la communauté élargie, clame M. Dias.

Ilijas Dzonlic, président de la section 4270 d’Unifor à Ottawa, a fait le déplacement pour soutenir les 2500 employés de GM à Oshawa qui doivent se retrouver sans emploi à la fin de l’année.

On est ici pour donner un message à GM qu'ils doivent revenir sur leur décision, dit-il. C'est pas juste Oshawa qui va être touché [si l'usine ferme], c'est tout le monde en Ontario.

La semaine dernière, des syndiqués d'Unifor ont manifesté contre GM au Salon de l'auto de Montréal. Par ailleurs, des employés du constructeur à Oshawa ont débrayé spontanément plus tôt ce mois-ci.

Doug Ford a tourné la page

Unifor a appelé les gouvernements fédéral et ontarien à se battre contre la fermeture de l'usine d'Oshawa.

Toutefois, plus tôt ce mois-ci, le premier ministre ontarien, Doug Ford, et le ministre fédéral du Développement économique, Navdeep Bains, sont ressortis bredouilles de leur rencontre respective avec la haute direction de GM, qui a refusé de changer son fusil d'épaule.

Le plan de restructuration de la compagnie touche aussi quatre usines aux États-Unis.

GM fait aussi valoir qu'elle demeure présente en Ontario avec des usines à St. Catharines et à Ingersoll, en plus de centres de recherche à Oshawa, à Markham et à Kapuskasing.

Le constructeur incite les travailleurs de son usine d'Oshawa à se prévaloir de l'aide offerte par la compagnie pour changer de carrière et/ou se trouver un autre emploi dans la région.

Toronto

Industrie automobile