•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Explosions à Saint-Jean : la Ville devrait poursuivre l’autorité portuaire selon une conseillère

Des montagnes de pièces métalliques. En arrière-plan, la ville de Saint-Jean.
Le contrat de location d’un terrain du port de Saint-Jean par l’entreprise American Iron and Metal n’est pas rendu public. Photo: CBC/Julia Wright
Radio-Canada

La conseillère municipale Donna Reardon, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, parle d'intenter une poursuite contre l'autorité portuaire pour la forcer à agir contre les activités controversées du ferrailleur American Iron and Metal.

L’entreprise American Iron and Metal exerce ses activités de récupération de métaux sur un terrain qu’elle loue du port de Saint-Jean.

Même si le terrain est situé dans la ville, il relève du gouvernement fédéral et échappe ainsi à la juridiction municipale.

American Iron and Metal a fait l’objet de nombreuses plaintes ces dernières années pour la poussière, le bruit et des explosions résultant de ses activités.

Il y a eu 45 explosions, petites et grandes, dans le parc à ferraille depuis juin 2017. L’entreprise soutient qu’elles sont contenues et qu’elles ne sont pas dangereuses pour ses employés ni pour le public.

Les métaux rouillés entreposés sur place en attendant d’être expédiés font partie du paysage pour de nombreux voisins de l’entreprise.

Ces activités industrielles détruisent deux quartiers, de chaque côté du havre, affirme Donna Reardon. Cette dernière représente les quartiers en question au conseil municipal.

Nous subissons toutes les répercussions de cette industrie, lance Donna Reardon. Elles exercent un impact sur tout le monde, mais elles échappent à notre juridiction.

 Donna Reardon en entrevue dans la rueLa conseillère municipale Donna Reardon veut que le port de Saint-Jean prenne des mesures contre les activités controversées du ferrailleur American Iron and Metal. Photo : CBC

La Municipalité n’a pu obtenir de l’autorité portuaire les clauses du bail de l’entreprise, affirme le maire Don Darling.

Le maire et d’autres élus ont été surpris et déçus durant une réunion du conseil municipal, en novembre, au moment où le PDG d’American Iron and Metal, Herb Black a expliqué que son entreprise bénéficie d’un rabais pour la location à long terme du terrain.

American Iron and Metal n’a pas encore répondu à une demande d’information de CBC sur son bail. L’autorité portuaire ne dévoile pas de détails non plus. Le porte-parole Paul Copeland explique qu’il s’agit d’un document légal comme tout autre contrat.

L’autorité portuaire n’est au courant d’aucun projet de poursuite contre elle et ne fait aucun commentaire à ce sujet, ajoute M. Copeland.

Une simple clôture sépare le parc à ferraille des propriétés environnantesLes installations d'American Iron and Metal côtoient des habitations à Saint-Jean (archives). Photo : Radio-Canada

Donna Reardon a l’intention de consulter les avocats de la Municipalité pour vérifier s’il y a matière à intenter une poursuite. Elle ne croit pas que les entreprises ne se sentiraient plus les bienvenues dans la ville en cas de poursuite.

Quel message envoyons-nous? Nous voulons que vous soyez une industrie responsable et coopérative, qui travaille dans une étroite relation avec nous. Si c’est le mauvais message, je l’envoie assurément, conclut Donna Reardon.

D’après un reportage de Connell Smith, de CBC

Nouveau-Brunswick

Politique municipale