•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ambulance NB : comment respecter la loi tout en offrant des permanences aux unilingues?

Un ambulancier de Ambulance NB ferme les portes d'un camion.
Un ambulancier de Moncton Photo: Radio-Canada / Catherine Allard
Jean-Philippe Hughes

Le gouvernement Higgs a décidé de maintenir les exigences de bilinguisme dans les ambulances, mais quelles sont les mesures pour atteindre ses objectifs? Le PDG de Medavie, Bernard Lord, croit que des équipes unilingues pour les transferts de patients sont la solution.

Ambulance Nouveau-Brunswick compte toujours 60 postes bilingues vacants, mais même s'ils ne trouvent pas preneurs, l'agence a l'intention de respecter la Loi sur les langues officielles.

Toutes les équipes d’intervention d’urgence devront être composées d’au moins un ambulancier bilingue, a tranché lundi le ministre de la Santé, Hugh Flemming. Les équipes destinées aux transferts de patients pourront être composées d’unilingues, tel que proposé en novembre dernier, puisqu'il sera possible de déterminer d'avance la langue des patients.

Cela veut dire que les ambulanciers unilingues qui sont affectés temporairement à des postes prévus pour des employés bilingues obtiendront une permanence au sein d'une nouvelle équipe flottante.

Chez Medavie, les obligations étaient claires et rien n’a changé à ce niveau-là, affirme Bernard Lord, un ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Bernard Lord, ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick.Bernard Lord, PDG de Medavie et ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Les travailleurs de l’équipe flottante occuperont les postes prévus pour des employés bilingues jusqu’à l’embauche d’employés qui répondent aux critères linguistiques.

À l’embauche d’un ambulancier bilingue, les employés unilingues seront affectés à un poste qui correspond à leurs capacités linguistiques, à une distance raisonnable de leur lieu de résidence.

Ce que le ministre a annoncé hier avec la lettre, [...] c’est une bonne solution, assure Bernard Lord.

Il y avait 60 postes bilingues ouverts, qu’on ne pouvait pas combler, explique M. Lord. Une fois que ce sera mis en place pour le mois de mars, ça passera de 60 à 20.

Vingt postes, c’est à peu près 2 % de la main-d’oeuvre.

Bernard Lord, PDG de Medavie

L’ouverture d’un programme de formation en technique ambulancière à Tracadie au printemps devrait aider à renflouer l'effectif bilingue dans les rangs d’Ambulance Nouveau-Brunswick à moyen terme.

En attendant, des équipes de transferts unilingues anglophones pourront prendre en charge des patients.

Sur la centaine d’ambulances en service, 24 sont destinées au transfert de patients.

Toutes les unités qui vont travailler dans ces 24 véhicules n’ont pas besoin d’être bilingues, indique M. Lord. Dans les 76 autres unités, il faut que ce soit des unités bilingues.

Les affectations au transfert de patients pourraient convaincre certains employés de repousser leur départ à la retraite, puisque le travail est moins exigeant, allégeant du même coup la pénurie de main-d'oeuvre à Ambulance Nouveau-Brunswick.

Avec les informations d'Elisa Serret

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale