•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une résidence pensée pour les personnes atteintes d'alzheimer

Le reportage de Guylaine Bussière

Le Groupe Patrimoine a investi 60 millions de dollars pour créer un milieu de vie stimulant pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer à Québec, dans le secteur de Lebourgneuf, un modèle inspiré des Pays-Bas.

Des espaces communs, un parc intérieur, un café-rencontre, des espaces bricolages et une cour extérieure. Diverses activités y sont proposées, ce qui permet aux résidents de vivre plus librement, mais dans un cadre sécuritaire.

Selon la directrice de la Société Alzheimer de Québec, ce concept a fait ses preuves ailleurs dans le monde.

« Ce qui retarde la maladie, c'est la stimulation, alors ils sont très très centrés à faire tous les efforts nécessaires [...] pour pouvoir garder la personne le plus occupée possible dans le courant de la journée, puis surtout encourager son autonomie », explique France Lebel.

Pour assurer la sécurité, des caméras de surveillance ont aussi été installées dans les chambres.

Le groupe Patrimoine compte cinq autres résidences pour personnes âgées au Québec. La résidence Humanitæ est la première qui est entièrement consacrée aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

L’établissement pourra accueillir 340 résidents. Une trentaine de personnes s'installeront dans la première phase d'ici avril.

Les coûts varient entre 4500 et 7200 dollars par mois. « On parle de 7 à 10 ans pour la maladie, puis si on parle de 50 à 60 000 par année, on parle de 400 000 $. Ce n’est pas fait pour tout le monde », admet le président fondateur du Groupe Patrimoine, François Audet.

De son côté, la présidente-directrice générale souligne que l’objectif est de rendre ce concept universel. « On peut y arriver. En fait, c'est un travail d'équipe. Nous, ce qu'on veut, c'est travailler conjointement avec le ministère », indique Nathalie Paré.

D’après un reportage de Guylaine Bussière

Québec

Société