•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain soutient que les effets néfastes sur les épaulards sont justifiés

La tête d'un épaulard.

L'augmentation du trafic maritime liée au projet d'expansion du pipeline Trans Mountain risque d'avoir des effets négatifs sur les épaulards.

Photo : iStock

Michaële Perron-Langlais

Dans un document soumis à l'Office national de l'énergie (ONE), l'équipe de Trans Mountain reconnaît que l'augmentation du transport maritime lié au projet d'expansion du pipeline aura des effets sur l'environnement, mais soutient que ceux-ci sont justifiés.

L’ONE est actuellement en train de revoir son évaluation du projet, dont le gouvernement fédéral est propriétaire, afin de tenir compte des effets sur l’environnement et les espèces menacées, notamment la population d’épaulards du sud.

Dans le cadre de ce processus, Trans Mountain a présenté ses arguments à l’Office dans un document remis jeudi dernier. « Trans Mountain soutient que les avantages associés au projet sont dans leur ensemble tellement importants que les effets néfastes importants du transport maritime associé au projet sont justifiés dans les circonstances », indique le document.

Parmi les avantages en question, Trans Mountain mentionne la création d’emplois, la croissance économique locale et régionale ainsi que l’augmentation des revenus pour plusieurs ordres de gouvernement.

Carte montrant le tracé entre Edmonton et BurnabyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tracé du projet d'expansion de l'oléoduc TransMountain

Photo : Radio-Canada

« Une contradiction qui n’a aucun sens »

Pour Christianne Wilhelmson, directrice de l’organisme Georgia Strait Alliance, les arguments de Trans Mountain et le message transmis au public par Ottawa se contredisent : « Notre gouvernement, qui possède le pipeline, dit que les épaulards sont importants, mais qu’ils ne sont pas importants en même temps. C’est une contradiction qui n'a aucun sens. »

Le gouvernement fédéral veut investir des centaines de milliers de dollars pour protéger les épaulards, mais en même temps, on va construire un pipeline et on va avoir des pétroliers qui vont les mettre à risque. C'est en contradiction.

Christianne Wilhelmson, directrice de l’organisme Georgia Strait Alliance

L’été dernier, le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de 167,4 millions de dollars pour la survie des épaulards résidents du sud. Selon les scientifiques, il reste moins de 75 représentants de cette espèce.

Le professeur de sociologie environnementale à l’Université de l’Alberta John Parkins croit qu’Ottawa est dans une position difficile. « Dans les projets de développement, les groupes qui subissent des conséquences négatives doivent recevoir des compensations pour ces effets néfastes, explique-t-il. C’est ainsi que fonctionne notre système. Mais dans cette situation, comment peut-on compenser les épaulards? »

La seule façon d’y arriver est de mettre en place des lois et des mesures pour les protéger, soutient le professeur.

« Le gouvernement fédéral veut clairement que ce projet de pipeline se réalise, dit John Parkins. Il veut aussi atteindre des objectifs liés à la santé des écosystèmes. Il essayera de faire les deux en même temps et ce sera au public de juger s’il réussit à le faire. »

Risque de pollution

Mardi, le gouvernement de la Colombie-Britannique a soumis à son tour ses arguments finaux à l’ONE. Victoria recommande à l’Office de rejeter le projet d’expansion de Trans Mountain.

La province a fait part de ses inquiétudes quant à l’impact d’un déversement de pétrole sur ses côtes et souligné les effets potentiels de l’augmentation du trafic maritime sur la population d’épaulards résidents du sud.

Dans le document présenté à l’ONE, la Colombie-Britannique a également évoqué des conditions visant à rendre le projet plus sécuritaire, si celui-ci devait se réaliser. Celles-ci comprennent entre autres des mesures pour améliorer le temps de réponse en cas de déversement.

Les audiences de l'ONE pour le réexamen du projet Trans Mountain devraient être terminées à la fin du mois.

Avec des informations de Julie Landry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie pétrolière

Environnement